#Canada, #Francophonie

Le leader francophone Jean-Guy Rioux est décédé

L’ancien président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean-Guy Rioux, est décédé à l’âge de 76 ans. Crédit photo: Gracieuseté FCFA

BATHURST – L’ancien président de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, Jean-Guy Rioux, est décédé, le mercredi 18 janvier, à Bathurst, à l’âge de 76 ans.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Originaire de Shippagan, au Nouveau-Brunswick, M. Rioux était considéré comme un leader acadien de premier plan. Président du Congrès mondial acadien en 2009, il avait auparavant occupé la fonction de président de la Société des Acadiens et Acadiennes du Nouveau-Brunswick (SANB) en 2000. De 2005 à 2007, M. Rioux avait pris les rênes de l’association porte-parole des francophones en milieu minoritaire, ayant occupé auparavant le rôle de vice-président.

L’actuelle présidente de la FCFA, Sylviane Lanthier, n’a d’ailleurs pas manqué de lui rendre hommage, soulignant le deuil vécu par toute la grande famille de la francophonie.

«La présidence de Jean-Guy Rioux a coïncidé avec le Sommet des communautés francophones et acadiennes, en 2007, et aussi avec des enjeux très difficiles comme l’élimination du financement du Programme de contestation judiciaire. Ceux et celles qui l’ont côtoyé se rappellent que dans ce contexte, il a représenté la Fédération avec toute la sagesse, l’affabilité et la bonne humeur qu’on lui connaissait.»

La SANB a offert ses plus sincères sympathies à la famille et aux amis de M. Rioux qui fut aussi très impliqué dans le milieu de l’éducation.

Directeur de l’Éducation permanente du Nord-Est pour le Centre universitaire de Shippagan, en 1978, puis vice-recteur, en 1980, il a ensuite été responsable, en 1991, de l’implantation du Centre de recherche et de développement des produits marins. Entre 1986 et 1989, il fut également le président de l’Association canadienne d’enseignement de langue française (ACELF) et a continué à siéger sur le conseil d’administration de l’organisme jusqu’en 1996.

«Le conseil d’administration de l’ACELF veut lui exprimer sa reconnaissance pour le travail accompli et pour sa ferveur indéfectible à la mission et aux objectifs de l’association. M. Rioux n’a jamais ménagé ses efforts pour soutenir l’ACELF même lors de certains épisodes plus difficiles.»

La francophonie en deuil

Son engagement militant, M. Rioux l’a également transmis à sa fille, Marie-Claude, actuelle directrice générale de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANÉ). Cette dernière avait récemment indiqué sur les médias sociaux que son père avait été admis aux soins intensifs depuis le 2 janvier.

Aujourd’hui, ma petite sœur aurait 49 ans. Je sais, plus que jamais, qu’elle veille sur nous et sur papa qui est… https://t.co/l5d9ItQIZS

— Marie-Claude Rioux (@riouxmc) 17 janvier 2017

Les messages de sympathie se sont multipliés sur les médias sociaux, en Acadie mais aussi en Ontario.

Au nom de @CSFontario j’offre mes plus sincères condoléances à la famille de Jean-Guy Rioux, dont @riouxmc. Une bien grande perte #ONfr

— François Boileau (@BoileauF) 18 janvier 2017

L’actuel président de la SANB, Kevin Arseneau, lui a rendu hommage.

«La dernière fois que j’ai vu Jean-Guy était au dernier AGA de la SANB, juste avant mon élection à la présidence, il m’avait frappé derrière les jambes avec sa cane et m’avait souhaité bon succès et que je pouvais l’appeler n’importe quand. Un vrai, un convaincu et un modèle! Repose en paix!»

L’ancienne présidente de la SANB, Jeanne d’Arc Gaudet a bien connu M. Rioux, qui fut son vice-recteur au campus de Shippagan. Interrogée par #ONfr, elle a eu du mal à contenir son émotion.

«C’est une énorme perte pour l’Acadie. Jean-Guy était un homme très engagé, généreux et qui aimait profondément l’Acadie. Il arrivait à transmettre cet amour et il était pour moi une source d’inspiration par sa capacité à traduire ses discours en actions. C’était un homme affable, doté d’un grand sens de l’humour, qui était toujours là quand on avait besoin de lui. C’est une immense perte pour l’Acadie!»

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.