#Francophonie, #Ontario

Le Franco-Ontarien Marius Ouellette s’éteint à 79 ans

Marius Ouellette. Crédit photo: MICRO

KAPUSKASING – La communauté de Kapuskasing est en deuil. Le Franco-Ontarien Marius Ouellette, originaire de Harty, a perdu son ultime combat contre le cancer, le lundi 24 juillet.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

«C’était un personnage coloré qui n’hésitait jamais à dire ce qu’il pensait et était toujours prêt à aider», se souvient Marie-Gaëtane Caissie, directrice générale du Mouvement des Intervenant.e.s en Communication Radio de l’Ontario (MICRO).

Pour l’organisme, la disparition de M. Ouellette constitue une immense perte, ce dernier ayant été l’un des fondateurs des radios francophones en Ontario. À ce titre, il fut l’un des premiers présidents du MICRO, mais aussi son premier directeur général de 1999 à 2008.

Ancien membre du conseil d’administration de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), de 2005 à 2009, M. Ouellette a fait sa carrière d’enseignant dans le nord de la province.

«Aujourd’hui, la communauté de Kapuskasing est en deuil», témoigne Mme Caissie, qui l’a connu dans le cadre de son travail.

L’AFO n’a pas non plus tardé à réagir par la voix de son président, Carol Jolin.

«Marius Ouellette laisse un legs appréciable à la communauté francophone par ses différentes actions professionnelles et sociales et était un modèle comme défenseur des acquis de notre communauté. Au nom de l’AFO, je tiens à transmettre mes sincères condoléances à la famille de Marius Ouellette ainsi qu’à ses proches.»

La musique pour promouvoir le français

Titulaire d’un baccalauréat en musique à Ottawa, il a occupé les fonctions de professeur de musique et d’éducateur pendant 35 années, la plupart consacrées à la musique, voyant dans ses capacités musicales un outil de promotion de la langue française.

Au début des années 1970, il a participé à la fondation du chœur La Borée qu’il dirigeait depuis et dont le point d’orgue fut la présentation du spectacle Les cloches de Corneville au début des années 1990. Il était aussi un des instigateurs de l’ensemble musical SonNord et du Chœur des Papillons, en plus d’avoir été le directeur de la chorale et de la fanfare de l’école Cité des Jeunes pendant une bonne partie de sa carrière d’enseignant.

Retraité de l’éducation en 1992, il s’est ensuite investi pendant cinq ans au poste de directeur général de la radio francophone CKGN de Kapuskasing, de 1994 à 1999.

Outre à ses élèves, M. Ouellette a également transmis sa passion de la francophonie à ses enfants, dont son fils, l’ancien recteur de l’Université de Hearst, Pierre Ouellette, aujourd’hui Directeur des services français, régions de l’Ontario, à Radio-Canada.

 

De nombreuses reconnaissances

Au cours de sa carrière, M. Ouellette a plusieurs fois été honoré par sa communauté, notamment lors d’une soirée organisée par le Club Rotary et par un Prix Excellence de la Chambre de commerce de Kapuskasing. Il a également été accueilli au sein de la Compagnie des Cents-Associés francophones.

Au printemps 2010, M. Ouellette avait reçu le grade de Chevalier de l’Ordre de la Pléiade, qui reconnait les mérites des personnes qui se sont distinguées pour leur contribution au développement et à l’épanouissement de la Francophonie.

Dans le cadre de la rencontre nationale 2015, les 27 radios membres de l’Alliance des radios communautaires (ARC) du Canada avaient souligné son implication, son travail et son dévouement au sein des radios communautaires francophones de l’Ontario.

«Marius Ouellette, un sens aigu de la famille, un homme indépendant et passionné», a déclaré le président de MICRO, Claude Chabot, dans un communiqué. «Bonne voile, bon vent et beaucoup de musique pour ton dernier voyage, mon cher ami!»

Une célébration aura lieu le samedi 29 juillet, à 10 h 30, en l’église Immaculée-Conception de Kapuskasing.

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.