#Ontario

Le discours de Couillard bousculé par l’opposition

 

TORONTO – L’allocution que doit prononcer le premier ministre du Québec devant l’Assemblée législative de l’Ontario sera devancée d’une heure et demi, le lundi 11 mai, à la demande de l’opposition pour ne pas perdre une minute des débats parlementaires.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

Philippe Couillard devrait prendre la parole à Queen’s Park à 9h.

Ce changement d’heure irrite le gouvernement libéral de Kathleen Wynne au plus haut point. C’est qu’habituellement, les chefs de gouvernements reçus dans la Législature ontarienne sont invités à s’avancer au micro à 10h30, juste avant la période de questions.

«Si ça arrivait à Mme Wynne devant l’Assemblée nationale au Québec, nous en serions blessés», a réagi Madeleine Meilleur, ministre responsable des Affaires francophones, le mercredi 6 mai. «Si Jim Prentice était venu ici, (…) on lui aurait fait l’honneur de parler à 10h30, au moment où tout le monde est là», a-t-elle ajouté en référence au premier ministre progressiste-conservateur sortant de l’Alberta, battu la veille aux élections dans cette province.

Mme Meilleur s’est dite à la fois «agacée» et «choquée» par le changement d’heure du discours de M. Couillard.

«C’est un moment historique», a insisté Mme Meilleur, rappelant que la dernière allocation d’un premier ministre du Québec devant les parlementaires ontariens remonte au père de la Révolution tranquille, Jean Lesage, au début des années 1960.

 

L’accord de tous les partis

Or, il faut l’accord de tous les partis à Queen’s Park pour qu’un invité puisse d’adresser à la chambre des élus. Et le Parti progressiste-conservateur, puis le Nouveau Parti démocratique ont insisté, le 6 mai, pour que la présentation du premier ministre québécois n’empiète pas sur la période de questions.

Le chef progressiste-conservateur Jim Wilson a mené la charge dans une lettre exhortant le gouvernement libéral à recevoir Philippe Couillard «avant ou après» la période de questions.

«La période de questions est le moment pour nous d’obliger le gouvernement à rendre des comptes», a déclaré à son tour la chef néo-démocrate Andrea Horwath. «S’il y a une possibilité de recevoir M. Couillard sans interrompre les travaux de la Législature, tant mieux. Il y a plein d’occasions d’entendre M. Couillard. Trouvons un temps qui convienne à tout le monde.»

L’opposition a dit vouloir utiliser tout le temps dont elle dispose pour questionner le gouvernement sur les dossiers chauds de l’heure, comme les grèves dans les écoles et la privatisation d’une partie d’un réseau d’électricité de l’Ontario.

«J’espère que les Québécois ne prendront pas ça de manière négative», a relancé Mme Meilleur, affirmant que son gouvernement était au contraire «très heureux» d’accueillir M. Couillard à Queen’s Park. La visite du chef libéral à Québec démontre la «belle collaboration» entre les deux provinces, selon elle.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org