#Francophonie

Le CMFO devient la Maison de la francophonie d’Ottawa

La projection du bâtiment lors de sa probable ouverture dans quelques mois. Courtoisie

OTTAWA – Le Centre multiservices francophone de l’ouest d’Ottawa (CMFO) se nommera dorénavant le Maison de la francophonie d’Ottawa.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @SebPierroz

Non sans rappeler l’établissement éponyme à Vancouver et le projet en cours à Toronto, cette nouvelle appellation doit déboucher sur l’ouverture de ce carrefour multifonctionnel francophone pour la fin d’année 2015.

L’annonce effectuée en grande pompe lors du 9e Rendez-vous francophone du maire d’Ottawa, jeudi matin, à l’hôtel de Ville, intervient au lendemain du feu vert définitif du conseil municipal pour la rénovation du bâtiment, situé au 2720, chemin Richmond.

«Notre entrepreneur est choisi. Selon le contrat, nous pourrons commencer à parti du 15 avril les travaux de rénovation, lesquels pourraient prendre de six à huit mois», estime Andrée Duchesne, présidente de la Maison de la francophonie.

Si un montant de près de 7 millions $ était nécessaire à la réalisation du projet, ce sont 4,2 millions $ qui ont été mis sur la table par la province. La Ville d’Ottawa de son côté injecté quasiment 2 millions $.

Les rénovations concerneront essentiellement la réfection complète des systèmes électriques, du chauffage, de la plomberie et la modernisation des locaux. Elles permettront dès lors d’accueillir une pléiade d’organismes francophones d’Ottawa sous le même toit.

La Ville avait passé un accord avec le désormais ex-CMFO concernant la vente de l’ancienne école Grant en 2010, après l’avoir elle-même achetée de l’Ottawa-Carleton District School Board, deux ans plus tôt.

Encore des efforts

Même rebaptisée, la construction n’est pas au bout de ses peines. Environ 1,5 million $ devra être prochainement trouvé pour assurer la «phase 2» à moyen terme. Comprendre la mise en place d’un gymnase.

Une cible pour laquelle la Maison de la francophonie d’Ottawa s’est attachée les services de l’avocat Ronald Caza et du chef de police de la Ville, Charles Bordeleau, qui coprésideront tous les deux une campagne de financement à cet effet.

Autre écueil pour le carrefour francophone: éviter un nouveau retard. «Nous ouvrirons avant la fin d’année 2015», a indiqué Me Caza devant la centaine de convives réunis pour le Rendez-vous francophone du maire. Depuis deux ans, le Centre ne cesse de reporter son ouverture.

La Maison de la Francophonie devra aussi peaufiner les partenariats avec les organismes intéressés par l’installation. Rien encore de concret à ce sujet, malgré les avancées nettes. «La Cité et le Conseil des écoles publiques de l’est de l’Ontario (CEPEO) sont deux gros locataires potentiels», assure Mme Duchesne.

Les trois organismes francophones de l’ouest, le Centre soleil d’Ottawa-Ouest, la Coopérative Ami Jeunesse, et le Centre communautaire Franc-Ouest, ont confirmé depuis belle lurette, leur intérêt pour s’y établir.

Calme et absence du maire

Toujours est-il qu’après un Rendez-vous francophone du maire très en vue en 2013 du fait du centenaire du journal LeDroit, ou encore animé l’an passé avec le débat sur la désignation bilingue d’Ottawa, l’édition 2015 de l’événement a été relativement calme.

Le maire suppléant d’Ottawa, Bob Monette, s’est contenté de rappeler l’importance de l’ouest de la Ville, et du bond de 13 000 francophones dans cette partie géographique entre 2001 et 2011. «La communauté francophone de l’ouest de la ville s’agrandit autant que celle de l’est de la ville», a souligné le conseiller municipal du quartier Orléans.

Fait notable: ce 9e Rendez-vous du maire s’est déroulé…sans le maire d’Ottawa, Jim Watson. Ce dernier reste toujours convalescent après s’être brisé le bassin lors d’un accident de motoneige il y a un mois.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org