#Francophonie, #Ontario

«L’appui des Franco-Ontariens pourrait nous être salutaire»

La photo représente les drapeaux du Canada et du Québec.
Les drapeaux du Canada et du Québec. Archives, #ONfr

[LETTRE OUVERTE]

Au Québec, seule province canadienne dont la langue officielle a toujours été le français, on assiste encore en 2016, à l’assimilation silencieuse des francophones du comté de Pontiac, rattaché depuis 1884 au diocèse catholique de Pembroke. On a bien tort de croire que tout baigne au Québec, parce qu’on a la Loi 101. Bien au contraire, pour plusieurs, c’est une cible de harcèlement perpétuel.

LISE SÉGUIN

Dès 1912 et pendant des dizaines d’années, les gouvernements québécois successifs, par leur incurie, ont collaboré avec une clique francophobe composée d’évêques catholiques irlandais et de politiciens orangistes voués à l’élimination de la langue et de la culture française dans cette partie du sud-ouest québécois.

La population a résisté comme elle a pu mais aucun appel à l’aide n’a jamais été entendu sauf durant de courts épisodes sous René Lévesque et le Parti Québécois.

Les citoyens du Pontiac ont fini par se taire. Plusieurs ne se rendent même plus compte qu’ils font l’objet d’un génocide culturel, d’un ethnocide.

Mais le 22 février 2016, une chose inespérée s’est produite. Kathleen Wynne, première ministre, a publiquement offert des excuses aux francophones de l’Ontario au nom des gouvernements précédents qui ont voulu, grâce au Règlement 17, abolir le français dans les écoles.

Sachez que ce même Règlement 17 a été appliqué simultanément dans les écoles catholiques francophones du comté de Pontiac, par Mgr P.T. Ryan, 2e évêque de Pembroke.  Le taux d’assimilation a été aussi fulgurant qu’en Ontario. Une enquête s’impose aujourd’hui pour éclaircir des situations douteuses. On craint des résultats négatifs suite au recensement de 2016.

L’intervention de Mme Wynne nous a redonné espoir et le Groupe des 13 s’est formé depuis pour exiger correction et réparation de la part du diocèse de Pembroke ainsi que du gouvernement du Québec qui s’entêtent à nous ignorer. Mais nous sommes déterminés à obtenir justice.

L’appui des Franco-Ontariens pourrait nous être salutaire.

 

Lise Séguin est une militante francophone québécoise

Le Groupe des 13 est un groupe québécois demandant «justice» par rapport aux «méfaits» perpétrés contre les francophones dans cette province.

Note: Les opinions exprimées dans les lettres ouvertes publiées sur #ONfr n’engagent que leurs auteur(e)s et ne sauraient refléter la position de #ONfr et du Groupe Média TFO.