#Francophonie, #Ontario

La Maison de la francophonie d’Ottawa vise maintenant 2019

La projection du bâtiment lors de sa probable ouverture dans quelques mois. Courtoisie

OTTAWA – Les choses ne sont pas encore simples pour la future Maison de la francophonie. Devant la construction du bâtiment toujours arrêtée, le conseil d’administration se fixe désormais la date de septembre 2019 pour une ouverture.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

«Dès qu’on aura des nouvelles du financement, on en saura plus sur la date», a fait valoir le président du Centre multiservices francophone de l’ouest d’Ottawa (CMFO), Ronald Bisson, lors d’une mise au point sur les projets, vendredi 15 septembre, dans les locaux du Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO).

Car la gestion de la propriété située au 2720, chemin Richmond, est dorénavant sous la houlette du CEPEO depuis plus d’un an. Un «regroupement» qui avait permis de relancer les demandes à la province quant au financement.

Mais les 7 millions de dollars demandés il y a un an ont été revus à la hausse. Ce sont dorénavant 9 millions de dollars qui sont souhaités pour compléter la phase 2 (mise en place d’un gymnase), et la fin de la rénovation de la bâtisse.

«En mai, nous avons soumis une demande conjointe pour un projet de carrefour communautaire avec le CEPEO et le CMFO pour obtenir du financement de 9 millions de dollars et terminer le projet tel qu’il avait été imaginé par le CMFO (…) Nous sommes confiants d’aller chercher cet argent», a souligné d’emblée la présidente du CEPEO, Linda Savard.

Ronald Bisson (CMFO) et Linda Savard (CEPEO) lors de la conférence de presse, vendredi 15 septembre. Crédit photo: Sébastien Pierroz.

Autre défi pour le CEPEO et les membres du CMFO: l’acquisition d’un terrain à l’arrière de la bâtisse nécessaire pour les travaux. «Nous sommes présentement en négociation, ça va assez bien», assure t-elle.

L’édifice principal, qui n’est autre que l’ancienne école Grant, est passée entre les mains de l’Ottawa-Carleton District School Board, puis de la Ville d’Ottawa à partir de 2010, avant d’être finalement donné aux militants francophones.

 

Sécurité assurée sur le site

Depuis la première pelletée de terre symbolique en juin 2015, les pépins n’ont cessé de s’accumuler pour l’édifice, entraînant la suspension des travaux l’année suivante. D’abord, la découverte d’amiante dans l’édifice, conjuguée à des «problèmes de structures et d’infrastructures», et en août dernier, des problèmes de vandalisme sur le site.

«Ils ont été causés car l’annexe à l’arrière est désuète, des jeunes ont réussi à s’introduire. Le site est maintenant sécurisé, toutes les ouvertures sont fermées, la sécurité est augmentée avec des rondes d’agents de la sécurité», précise Mme Savard.

 

Les organismes toujours intéressés par une installation

Les différents retards ne devraient pas handicaper la venue d’organismes francophones. La Cité, le Centre soleil d’Ottawa-Ouest, la Coopérative Ami Jeunesse, ou encore le Centre communautaire Franc-Ouest sont toujours «prêts» à joindre la Maison de la francophonie, a confirmé M. Bisson. «Les gens voient le projet se réaliser, et je reçois des appels de gens intéressés qui veulent avoir un pied à terre dans l’Ouest», illustre-t-il, sans nommer les organismes.

Le 23 septembre, différentes activités seront organisées sur le site entre 11h et 13h, notamment pour «voir les plans, poser des questions, et parler aux représentants de la Ville».

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.