#Canada, #Francophonie

La francophonie économique sous-exploitée, selon le RDÉE Canada

Le Canada pourrait bénéficier d'une économie francophone encore sous-exploitée, selon le RDÉE Canada. Pixabay

OTTAWA – Le thème de l’économie a dominé la dernière campagne électorale fédérale. Un constat qui n’a pas échappé au Réseau de développement économique et d’employabilité Canada (RDÉE Canada) qui compte profiter de cet intérêt pour promouvoir la francophonie économique.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Lorsqu’en 2013, le RDÉE Canada avait commandé une étude auprès Conference Board du Canada, les résultats du rapport Le Canada, le bilinguisme et le commerce avait servi d’argument à plusieurs organismes provinciaux pour faire valoir, auprès de leurs gouvernements, l’intérêt d’investir dans les entreprises ayant des capacités bilingues.

Le Conference Board du Canada concluait dans son étude que la connaissance des deux langues officielles stimulait les échanges commerciaux, notamment avec les pays francophones. Le bilinguisme rapporterait quelque 3 milliards$ en exportation au Québec et au Nouveau-Brunswick chaque année, dont 2 milliards$ reliés directement à la connaissance du français.

Trois ans plus tard, le RDÉE Canada souhaite poursuivre le dialogue avec le gouvernement fédéral en publiant un Livre blanc sur la prospérité économique des Francophones et Acadiens.

«Ce document est un état des lieux fait à travers notre réseau de ce qui existe à travers le Canada français et de ce qu’il manque. Il s’agit d’un travail de 8 mois, durant lequel nous avons également consulté des entrepreneurs et des intervenants des milieux gouvernementaux et universitaires afin d’établir une liste de priorités. L’étude doit nous servir à mener des discussions avec le gouvernement fédéral pour lui indiquer notamment où il est urgent d’investir afin de profiter des retombées économiques possibles de la francophonie canadienne», explique le président-directeur général du RDÉE Canada, Jean-Guy Bigeau.

Le manque de financement accessible et adapté pour les entrepreneurs francophones, ainsi que les problèmes de relève ou de promotion de l’entrepreneuriat chez les jeunes francophones font partie des priorités énoncées dans le document.

 

Manque de données

Le RDÉE souhaite également la mise sur pied d’un observatoire de développement économique et d’employabilité dans les communautés francophones et acadienne chargé de mener des études et des recherches pour obtenir des données probantes sur la francophonie économique canadienne. L’organisme serait notamment chargé d’étudier les besoins en main d’œuvre des entreprises francophones dans cinq ans et de mesurer les compétences et les besoins de formation.

Des informations qui pourraient être utiles autant pour les employeurs que pour les nouveaux arrivants ou les jeunes francophones.

«Il y a des opportunités d’affaires qui demeurent inconnues faute d’information. C’est un  problème car nous avons une population vieillissante et qu’il n’y  pas de relève alors que les possibilités existent. Nous voulons encourager les jeunes à se lancer en affaires», dit M. Bigeau.

 

Un réseau touristique francophone

Dans son document, le RDÉE veut également travailler à faire prendre conscience au Canada du potentiel économique du tourisme francophone. L’organisme veut travailler au développement d’un circuit touristique francophone promouvant le patrimoine canadien-français d’Est en ouest.

«Nous travaillons déjà avec des entreprises du secteur hôtelier et de la restauration et des organismes du milieu culturel pour mettre sur pied ce projet. De telles initiatives existent déjà dans certaines provinces, mais l’idée serait de les arrimer pour créer un réseau national. La Louisiane s’intéresse à ce que nous faisons et nous pourrions imaginer un circuit dans toute l’Amérique du nord avec des forfaits comprenant hôtels, musées, repas, spectacles et festivals…»

L’automne prochain, le RDÉE Canada devrait pouvoir chiffrer les retombées envisagées puisque une étude est en cours.

Le RDÉE présentera les conclusions de ce Livre blanc devant le Comité permanent des finances.

«Nous nous donnons cinq ans pour réaliser les priorités comprises dans ce document. La francophonie économique est sous exploitée au Canada alors qu’elle offre de belles promesses. Il ne faut pas oublier le poids du français dans le monde. Les opportunités économiques existent et le Canada doit les saisir. Le bilinguisme canadien est une valeur ajoutée de notre économie et non un poids social avec lequel il faut composer.»

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.