#Francophonie, #Ontario, #Opinion

La dernière chance d’Andrea Horwath

[ANALYSE]

TORONTO – Les analyses se ressemblent bien souvent. À savoir, Kathleen Wynne devra résister à la vague des progressistes-conservateurs si elle veut se maintenir à la tête de l’Ontario en 2018. On en oublierait presque la néo-démocrate, Andrea Horwath.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

Des trois leaders sur les bancs de Queen’s Park, la députée de Hamilton-Centre est pourtant la plus populaire, si l’on en croit les sondages. La plus expérimentée de facto puisqu’elle occupe les rênes du Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario depuis 2009.

Mais un constat s’impose: la chef du NPD ne parvient pas à s’ériger comme une alternative crédible à la politique de Mme Wynne. Ces derniers mois, elle a paru même laisser un peu trop de place à Patrick Brown pour tirer à boulets rouges sur le gouvernement après la vente d’Hydro One, le tendon d’Achille des troupes libérales.

Mme Horwath donne l’impression d’être plus effacée qu’auparavant, et ce dans la lignée des dernières élections en 2014. Le NPD auteur d’une campagne terne avait laissé les libéraux les dépasser sur sa gauche. Mme Wynne gardait alors sous silence la vente d’Hydro One, mais promettait a contrario un régime provincial d’épargne-retraite (abandonné l’été dernier).

La chef du NPD a-t-elle perdu le feu sacré? Difficile de juger. Mais des petits détails sont éloquents. Elle, dont le français est très laborieux, a abandonné récemment les cours qu’elle prenait dans cette langue. Dommage. Car dans l’ombre de sa principale représentante, le parti orange compte beaucoup de députés francophones ou très francophiles (France Gélinas, Gilles Bisson, Michael Mantha, Jagmeet Singh).

À la différence de Mme Wynne et M. Brown, la leader néo-démocrate a d’ailleurs trop souvent laissé sa solide porte-parole aux Affaires francophones, France Gélinas, faire le travail quand il s’agit de parler des 611 500 Franco-Ontariens. Pas sûr qu’il s’agisse là du meilleur message…

Faut-il pour autant condamner Andrea Horwath? Non, en fait. Le NPD de l’Ontario inspire aux électeurs une certaine méfiance. Les cinq années au pouvoir du parti sous Bob Rae (1990-1995) marquées par un ralentissement de l’économie ont laissé un souvenir amer aux Ontariens.

Les circonstances sont aussi plus délicates pour le parti provincial. Il ne peut plus compter sur la sympathie de la «vague orange» fédérale impulsée par Jack Layton, et dont les effets ont perduré après la mort en 2011 du chef de l’opposition à la Chambre des communes, avant de s’éteindre…

Mme Horwath doit aussi composer avec une base électorale très disparate. Dans le Nord, le NPD conserve un héritage ouvrier fort. La dimension syndicale y est importante. Dans les grandes métropoles (Ottawa et particulièrement Toronto), les sympathisants sont souvent issus des minorités visibles, ou de l’immigration. Pas facile dans ces conditions d’établir une plate-forme électorale cohérente.

Quelques éléments pourraient malgré tout jouer en faveur de Mme Horwath en 2017: la machine libérale parait irrémédiablement grippée, tandis que M. Brown a montré ses premières limites à concilier toutes les tendances politiques au sein de  son parti. Face à une Kathleen Wynne, soucieuse d’équilibrer le budget coûte que coûte et qui se «droitise», le NPD a une carte à jouer.

Des deux grands lieux de pouvoir de l’Ontario, dont les circonscriptions sont détenues en partie par les libéraux, il est parfois difficile de mesurer l’engouement pour le NPD dont les gains concernent surtout le Nord et des villes comme Hamilton, London ou Windsor.

Les élections de 2018 représenteront probablement la dernière chance d’Andrea Horwath de devenir première ministre. En cas d’échec, il n’y aura cette fois-ci plus de circonstances atténuantes.

 

Cette analyse est aussi publiée dans le quotidien Le Droit le 21 janvier

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.