#Canada, #Francophonie, #Opinion

La crise à la SANB, le téléroman de l’année

Pas toujours un long fleuve tranquille, la francophonie. Wikicommons

[CHRONIQUE]
S’il y a quelque chose en francophonie qui est assez transversal, c’est l’ambiance de nos assemblées annuelles. Si ces événements sont essentiels pour le fonctionnement de nos organismes, on peut s’entendre que ce ne sont pas les moments les plus divertissants de notre engagement communautaire.

CÉLESTE GODIN
Chroniqueuse invitée
@haligeenne

Certains d’entre nous, les nerds d’AGA, qui rêvons d’y entendre des sous-amendements et des appels aux règlements, trouvons notre propre plaisir dans ces rencontres. Si on nous laissait faire, on irait jusqu’à faire un commentaire en direct, préférablement dans le style des animateurs hispanophones de soccer: «Quooooruuuuumm!!!!!».

Par contre, il y a un organisme qui tient des assemblées annuelles qui sont toujours intéressantes, même pour ceux qui sont à l’extérieur de la bulle des habitués: la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB). Il y a eu, il y a quelques années, la fameuse AGA où un ancien président se présentait à la présidence contre un jeune, et le public s’était divisé en deux camps. Il y avait même eu des campagnes dans les médias sociaux, et cette élection-là était tellement riche en potins et en rumeurs qu’on m’en raconte encore des nouvelles de ces jours-ci.

La SANB est différente des autres organismes provinciaux de par le fait que ses histoires internes deviennent publiques beaucoup plus rapidement et souvent qu’ailleurs. Il y a quelque chose dans le mélange de bilinguisme provincial, de masse critique, de pluralité d’offre médiatique, et de détenteurs de doctorats en francophonie qui change les choses. Ce qui se ferait ailleurs dans des réunions de corridor, des courriels en CCI et par chialages sur le chemin du retour se fait là-bas sous l’œil du public et des médias.

Depuis juin, il y a un nouveau roman à suivre dans la série. Il suffit de faire une recherche Google pour «crise à la SANB», et vous verrez que les éditoriaux continuent à se multiplier sur le sujet.

Voici les faits et le résumé en se tenant aux faits: l’AGA prévue en juin n’a pas eu son quorum, parce qu’un nombre assez grand de membres, précisément des membres qui sont des organismes provinciaux, a refusé, rendu sur place, de se rendre à la réunion d’affaires. La raison citée était une non-confiance en la présidence actuelle. Bloquer le quorum d’une AGA après que les déplacements aient été payés, c’est… audacieux.

L’histoire de la présidence peut se résumer à ceci: un nombre de gens veulent la démission de la présidente, d’autres veulent la garder. Un côté parle d’incompétence, l’autre parle de jalousie.

Je vous laisse démêler pour vous-mêmes toutes les accusations qui fusent sur le sujet, il y a suffisamment de matériel publié pour vous garder occupés pour un après-midi. Mon conseil serait de tout prendre avec un grain de sel, parce que les alliances et les oppositions se côtoient et s’entremêlent. C’est l’Acadie, où le peuple entier est à deux degrés de séparation, maximum.

Si cette histoire de présidence est sans aucun doute le téléroman de l’année en francophonie, il faut creuser un peu plus loin pour découvrir l’enjeu véritable. Ce qui est réellement intéressant, c’est ce qui est présentement en train de se passer au niveau structurel. Dix-huit organismes du forum des membres de la SANB sont en train de faire des démarches pour se créer un nouveau mécanisme de concertation, à l’extérieur de la structure de la SANB. La structure actuelle ne répond apparemment plus à leurs besoins.

 

Repenser nos organismes

Cette question de la pertinence des structures créées à une autre époque nous concerne tous. Beaucoup de nos organismes ont été créés quand  les citoyens étaient davantage directement engagés, et quand il y avait davantage de ressources financières pour la concertation et la représentation. C’était logique d’avoir un organisme porte-parole duquel découlaient les autres. Les choses ont évolué depuis. Avec le développement d’organismes sectoriels qui répondent chacun à un enjeu communautaire (culture, aînés, jeunes, etc), et l’expertise développée par chaque organisme, le besoin d’avoir un seul organisme pour parler au nom des francophones de la province n’est plus le même.

La crise à la SANB s’en va probablement vers une fracturation structurelle entre organismes sectoriels et organismes de représentation communautaire/citoyenne. Une fois les organismes sectoriels partis de la SANB, il lui restera à composer avec son côté citoyen, un réel défi partout en francophonie. Nous ne vivons plus à l’époque où l’engagement des citoyens se faisait par la présence physique des intéressés. Il y a de moins en moins de personnes à nos réunions, et ce sont souvent toujours les mêmes (TLM). C’est difficile de vendre à des nouvelles personnes, particulièrement à des jeunes, que l’engagement francophone doit se faire à coup d’ordres du jour et d’implémentation des nuances utilitaires et territoriales en innovations lentes et ennuyeuses (INUTILE). Nous vivons dans une ère où l’activisme se fait souvent, et parfois uniquement, dans les médias sociaux. C’est donc essentiel de repenser nos structures pour que la «pyramide» associative repose sur des vraies personnes plutôt que sur des concepts imaginés de communautés.

Les prochains épisodes de cette histoire sont importants à suivre pour nous tous. La francophonie néo-brunswickoise s’en va vers un questionnement majeur de la meilleure structure à avoir pour effectuer du changement concret pour les citoyens, et nous avons le devoir, nous aussi, de nous poser ces questions. Je ne dois pas être la seule à avoir une alerte Google sur «crise à la SANB» pour ne pas manquer le prochain épisode…

 

Céleste Godin est une écrivaine et militante acadienne de la Nouvelle-Écosse.

Note: Les opinions exprimées dans les chroniques publiées sur #ONfr n’engagent que leurs auteur(e)s et ne sauraient refléter la position de #ONfr et du Groupe Média TFO.