#Francophonie, #Ontario

La Cité en mode recrutement à Toronto

TORONTO – Grâce son offre inédite et à des programmes collés sur les réalités du travail, le collège La Cité compte séduire le marché étudiant francophone de Toronto. Il espère réussir à s’imposer dans la Ville Reine, malgré une forte compétition des autres institutions d’enseignement.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«La Cité avait besoin de repositionner son offre ici pour mieux répondre aux besoins de la communauté et pour pouvoir faire sa place. Il y a à Toronto les plus grands collèges anglophones en Ontario. Si l’on veut se démarquer, il faut offrir quelque chose d’exceptionnel et de différent», explique Judith Charest, directrice du développement des affaires pour le collège La Cité, à Toronto.

Celle qui travaille au développement des programmes dans la Ville Reine affirme que l’ensemble de l’offre a été repensé. Les seize programmes actuellement offerts à Toronto vont tous s’inspirer, à terme, d’une nouvelle recette où les étudiants seront amenés à étudier directement chez les employeurs de leur domaine de prédilection.

Depuis l’automne, les programmes de journalisme et de relations publiques sont offerts selon cette nouvelle formule. Six étudiants se sont inscrits au programme de journalisme au début de l’année scolaire. Certains sont à temps partiel. Ça semble peu, mais Judith Charest apporte quelques nuances.

«Ce qu’il faut se dire, c’est que même si ça peut paraître minime, nous voulons à la base des cohortes avec un maximum de 10 à 15 étudiants. Il faut se souvenir que nous offrons des formations dans des milieux professionnels. Ils ne veulent pas recevoir 40 étudiants!», dit-elle.

Deux nouveaux programmes seront lancés en septembre: «éducation et services à l’enfance» et «préposé et soins spécialisés». Mme Charest espère que La Cité comptera à Toronto une soixantaine d’étudiants lors de la prochaine rentrée.

Et à terme, quel est l’objectif? «Je ne vais pas m’aventurer à donner des chiffres, car on va s’adapter aux besoins», répond-elle.

 

Nouveaux locaux

Cette semaine, les nouveaux locaux de La Cité à Toronto ont été dévoilés. Le lieu coloré se veut une agora pour la communauté étudiante. Sauf exception, les cours ne seront pas donnés depuis ce nouvel espace.

D’autres campus francophones sont déjà bien implantés dans le grand Toronto, qu’il s’agisse du Collège universitaire de Glendon ou du Collège Boréal. Loin de voir ces établissements comme des compétiteurs, Judith Charest estime qu’ils jouent un rôle clé dans l’écosystème éducatif francophone de Toronto.

«On cherche à être complémentaire. Par exemple, nous voyons le Collège Boréal comme un partenaire. On veut travailler avec tous ceux qui ont une offre francophone», assure-t-elle.

Elle révèle que la stratégie de recrutement de La Cité à Toronto dépend grandement de l’appui de plusieurs acteurs de la communauté francophone.

«Nous travaillons avec plusieurs partenaires, dont le Centre francophone. Les conseils scolaires aussi veulent qu’on augmente l’offre pour leurs étudiants. Nous travaillons aussi pour attirer les clientèles diverses de la communauté francophone», dit-elle.

Basé à Ottawa, le collège La Cité est le plus grand collège d’arts appliqués et de technologie de langue française de la province.

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.