#Francophonie, #Ontario

La chanson «Notre Place» reconnue hymne officiel des Franco-Ontariens

Drapeau Franco-Ontarien
Le drapeau franco-ontarien. Archives #ONfr

TORONTO – La chanson de Paul Demers, «Notre Place», a été reconnue comme l’hymne officiel des Franco-Ontariens à Queen’s Park, le jeudi 2 mars.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Dans une motion introduite par le député libéral de Glengarry-Prescott-Russell, Grant Crack, les députés provinciaux se sont entendus pour que «la chanson «Notre Place», écrite par Paul Demers et François Dubé, soit reconnue comme l’hymne officiel des francophones de l’Ontario; et que cet hymne devienne une célébration de la contribution des Franco-Ontariennes et Franco-Ontariens de tous horizons à la province». Les trois partis se sont exprimés en faveur de la motion adoptée à l’unanimité.

La chanson «Notre Place» a accompagné les Franco-Ontariens dans de nombreuses batailles et conquêtes de reconnaissance de l’Ontario français depuis sa création, notamment lors de la bataille pour sauver l’hôpital Montfort, à Ottawa. Elle a été écrite en 1989, année de l’entrée en vigueur de la Loi sur les services en français qui visait à protéger les droits des Franco-Ontariens.

«Cette chanson parle de prendre notre place et nous rappelle que nous, les Franco-Ontariens, faisons partie intégrante de la province de l’Ontario. Son importance ne peut être passée sous silence», indique M. Crack.

La ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario, Marie-France Lalonde, se réjouit de pouvoir commencer le mois de la francophonie avec une telle reconnaissance.

«Ça va raviver l’engagement que l’on a pour les Franco-Ontariens», a-t-elle expliqué au micro de #ONfr.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) a piloté la demande de reconnaissance auprès du gouvernement provincial à la demande de l’Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM) et de la Fondation Montfort. Le président de l’organisme porte-parole des Franco-Ontariens, Carol Jolin, accueille la nouvelle avec satisfaction.

«Cette reconnaissance est une excellente nouvelle pour la communauté franco-ontarienne pour qui «Notre Place» est un symbole de rassemblement. Nous savons, en effet, à quel point cette chanson a une résonance particulière dans nos esprits puisqu’elle n’a cessé de nous accompagner dans toutes nos luttes.»

En entrevue avec #ONfr, il poursuit: «C’est une annonce symbolique importante pour donner de la visibilité à la francophonie. C’est bon pour les troupes et ça intervient dans un moment d’autant plus pertinent qu’on fêtera bientôt les 20 ans du grand rassemblement pour sauver l’hôpital Montfort.»

Au lendemain du coup de pression pour une future université franco-ontarienne pour et par la communauté, M. Jolin reconnaît toutefois que l’AFO attend aussi des gestes concrets de la part du gouvernement de Kathleen Wynne.

«Nous travaillons sur plusieurs dossiers et voyons de l’ouverture. La ministre Lalonde a dit que la cible de 5 % d’immigration francophone en Ontario est une de ses priorités. Elle s’est également engagée à revoir et à moderniser la Loi sur les services en français. C’est important de mettre la francophonie à l’avant plan, mais il faut aussi aller de l’avant sur des dossiers concrets.»

 

Hommage à Paul Demers

La ministre Lalonde rappelle également qu’il était important pour les proches de Paul Demers de commémorer sa mémoire et qu’en reconnaissant la chanson «Notre Place», il s’agit d’un bon moyen de le faire.
L’idée de faire de la chanson «Notre Place» l’hymne officiel des Franco-Ontariens a germé au moment de la disparition de Paul Demers, à l’âge de 60 ans, le 29 octobre dernier.

Originaire de Gatineau, l’auteur-compositeur-interprète, membre fondateur et ancien président de lAPCM, a dépassé les frontières artistiques et sa chanson «Notre Place» a longtemps été considérée comme l’hymne national officieux de la communauté franco-ontarienne.

«Cette chanson occupe une place tout à fait spéciale dans les cœurs des membres de l’APCM, c’est non seulement une chanson qui nous ressemble et nous rassemble, mais c’est pour nous un héritage qui nous a été laissé par notre premier président et un des membres fondateurs de l’APCM, Paul Demers. Nous sommes heureux d’avoir pu joindre notre voix à celles de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario et de la Fondation de l’Hôpital Montfort pour faire avancer cette cause», explique le président de l’APCM, Daniel Sauvé.

La chanson de Paul Demers a donné son nom à une école du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE) où Paul Demers a travaillé comme animateur culturel auprès des élèves du Collège catholique Samuel-Genest.

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.