#Ontario

La bière arrive dans les supermarchés de l’Ontario

La bière est arrivée dans les supermarchés de l'Ontario depuis un mois. Archives #ONfr

https://www.youtube.com/watch?v=ReG1fLisYms&feature=youtu.be
TORONTO – C’est la plus importante réforme de la vente de boissons alcoolisées en Ontario depuis la fin de la prohibition en 1927. Cinquante-huit supermarchés dans la province sont désormais autorisés à vendre de petits empaquetages de bière.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

La réforme s’est brassée très lentement, comme une bonne ale.

«La bière est arrivée dans les épiceries juste à temps pour les Fêtes», a déclaré la première ministre Kathleen Wynne lors d’un point de presse dans un supermarché de Toronto, mardi 15 décembre. «J’avais promis que la bière dans les épiceries serait un cadeau des Fêtes que beaucoup de gens attendaient depuis longtemps. Aujourd’hui, l’attente est terminée.»

La bière est désormais sur les tablettes d’une quarantaine de magasins de grandes chaînes d’alimentation comme Loblaws, Metro, Sobeys, de même que dans quelques magasins Walmart, et dans 13 épiceries indépendantes comme Farm Boy.

Le gouvernement libéral à Queen’s Park pense éventuellement élargir la vente de bière à quelque 450 supermarchés.

Les supermarchés ne seront autorisés qu’à vendre la bière à l’unité ou dans des empaquetages de six bouteilles comme c’est le cas dans la plupart des succursales de la Régie des alcools de l’Ontario, la LCBO. Le Beer Store, qui appartient aux grands brasseurs Labatt et Molson à 98%, conservera pour sa part son monopole sur la vente de plus grandes quantités de bière.

Le prix de la bière sera le même au Beer Store et à l’épicerie.

 

Bière artisanale

«Nous rendons les règles du jeu équitables pour les brasseurs, petits et grands, pour que les brasseurs artisanaux puissent continuer à grandir dans un marché sain», a souligné Mme Wynne devant la presse.

Les supermarchés feront donc de la place aux petits brasseurs de l’Ontario. Ils devront, par la loi, réserver au moins 20% de leurs tablettes aux bières artisanales. Dans certains commerces, la proportion des produits artisanaux pourrait atteindre les 50%.

Le Beer Store doit, à son tour, ouvrir plus grande la porte aux bières artisanales. L’entreprise privée détenant un quasi-monopole sur la vente de bière en Ontario depuis 1927 sera appelée à «revenir à ses racines coopératives», a fait remarquer Mme Wynne.

«C’est un jour historique pour les brasseurs artisanaux de l’Ontario. Un jour que nous attendions depuis 88 ans», s’est réjoui John Hay, président de l’Ontario Craft Brewers, l’association qui représente les petits brasseurs de la province. «Alors que ce programme s’étend aux plus grands magasins et que ceux-ci pourraient vendre jusqu’à 200 différentes marques de bière, ça pourrait vouloir dire jusqu’à une centaine de bières artisanales. Ce serait extraordinaire.»

 

De manière responsable

Les libéraux à Queen’s Park disent améliorer l’accès à la bière «de manière responsable», avec des espaces désignés pour la vente, des heures d’ouverture définies, de même que des exigences rigoureuses de formation en responsabilité sociale pour le personnel à la caisse. Ils ferment une fois de plus la porte à la vente de bière dans les dépanneurs.

La province doit aussi nommer prochainement un «ombudsman de la bière» pour garder un œil sur le Beer Store.

L’ex-banquier Ed Clark, qui a recommandé au gouvernement d’élargir la vente de bière, serait finalement en train d’étudier la possibilité d’amener du vin sur les tablettes des épiceries.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org