#Francophonie, #Ontario

Juste de l’anglais pour un responsable de la francophonie

Capture d'écran

TORONTO – Un élu ontarien responsable de promouvoir et de développer la francophonie dans la province n’utilise que l’anglais sur les réseaux sociaux et son site internet. Peter Milczyn, l’adjoint parlementaire à la ministre déléguée aux Affaires francophones, compte maintenant corriger le tir.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Même s’il a hérité de ses nouvelles fonctions en matière de francophonie en juin, Peter Milczyn n’a à peu près jamais utilisé le français dans ses messages à l’intention de la communauté ontarienne.

Une analyse de plus d’une centaine de messages publiés sur ses différents comptes permet de constater qu’un seul message a été publié de sa main en français. Interpellé à ce sujet, le principal intéressé admet qu’il donne un mauvais exemple.

«J’accepte cette critique que je dois faire mieux. J’accepte le fait que je dois poster plus d’informations en français sur les réseaux sociaux et mon site internet», a-t-il indiqué lors d’une entrevue avec #ONfr. «Je suis un francophile. J’aime la langue française et la culture francophone», insiste-t-il.

 Photo-montage, #ONfr
Photo-montage, #ONfr

«Je pense que c’est important pour les Ontariens d’appuyer le français. Ma fille est en immersion et il faut assister la communauté franco-ontarienne dans leurs services partout dans la province. C’est important et je donne mon appui!», ajoute-t-il.

Peter Milczyn affirme cependant que la nature de ses fonctions à titre d’adjoint parlementaire à la ministre déléguée aux Affaires francophones reste à être déterminée.

«Je suis assez nouveau dans ce rôle, c’est seulement depuis le 22 juin. J’attends de connaître mon mandat de la ministre. Je suis l’adjoint de la ministre. Si on me demande de faire quelque chose, je vais le faire. Pour l’instant, il n’y a pas beaucoup à faire de mon côté», confie-t-il, candidement.

Quelques heures après les premières demandes d’informations envoyées par #ONfr, des tweets en français ont fait leur apparition, mercredi après-midi, sur le compte Twitter de l’élu.

Il compte poursuivre sur cette lancée. Il dit aussi vouloir être un ambassadeur du français auprès de la Ville de Toronto, où il a été conseiller municipal et membre du comité consultatif francophone de la Ville.

«C’est un défi à la Ville de Toronto d’offrir des services en français, notamment au niveau de la justice», dit-il. Peter Milzcyn ajoute qu’il y a beaucoup de francophones dans sa circonscription d’Etobicoke. Cela pourrait justifier que son site de député devienne bilingue.

À son avis, il n’est pas nécessaire que l’adjoint parlementaire à la ministre déléguée aux Affaires francophones soit francophone. Un francophile peut faire le boulot, insiste-t-il.

«Le bilinguisme, c’est la loi. Nous habitons dans une province bilingue. J’espère qu’en 2016, on peut accepter que quelqu’un de bilingue et francophile puisse assumer cette responsabilité et participe au dialogue», répond-il.

 

Réaction de Marie-France Lalonde

Informée de la situation, la ministre déléguée aux Affaires francophones, Marie-France Lalonde, compte aussi s’assurer qu’il démontre davantage son attachement au français.

«Peter est bilingue. Il parle très bien français. Je pourrais lui en glisser quelques mots. Peter pense francophone. Il y a une raison bien particulière pour laquelle il a demandé d’être adjoint parlementaire de la ministre déléguée aux affaires francophones. Il veut nous aider à faire rayonner la francophonie à Toronto», souligne Marie-France Lalonde. «Il était et il est encore dans Toronto un grand francophone, un grand francophile. On travaillera avec lui, mais ne négligez pas Peter, Peter est un bon francophile», ajoute-t-elle.

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.