#Francophonie, #Ontario

Jour des Franco-Ontariens: nouvelle entente Québec/Ontario

Des célébrations pour souligner le Jour des Franco-Ontariens ont eu lieu vendredi 23 septembre à travers la province, notamment ici, à Toronto le 23 septembre. Michel Plaxton

TORONTO – La jeunesse franco-ontarienne a plus que jamais été au cœur des célébrations du Jour des Franco-Ontariens, vendredi 23 septembre, à Toronto. Elle a d’ailleurs fait l’objet d’une annonce conjointe de l’Ontario et du Québec, qui ont également renouvelé leur entente de coopération. Reste à voir comment les engagements du Québec envers les Franco-Ontariens pourront avoir un impact durable sur la vie des francophones de l’Ontario. 

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

L’Ontario et le Québec ont renouvelé leur engagement financier pour des échanges culturels. Les deux provinces vont fournir du financement afin de soutenir des projets de développement en culture, en éducation, en immigration, en petite enfance, en jeunesse, en santé et en tourisme.

Les ambitions sont grandes et les domaines couverts par l’entente nombreux. Les sommes promises annuellement demeurent cependant plutôt faibles, comparativement aux ambitions des deux provinces.

Chaque province va dédier 100 000$ de son budget à cette fin en 2017-2018. Ce montant va augmenter pour atteindre 200 000$ en 2021-2022.

Le texte de l’accord demeure vague sur la nature des projets qui seront financés. En conférence de presse, le ministre des affaires intergouvernementales québécoises, Jean-Marc Fournier, a souligné l’importance pour son gouvernement d’aider l’Ontario en matière d’immigration et de tourisme francophone. Lorsque questionné sur les mesures à adopter pour atteindre les objectifs dans ces deux sphères, le ministre Fournier a affirmé que des rencontres futures permettraient de déterminer plus précisément les outils à adopter.

L’annonce de vendredi 23 septembre permettra aussi à quarante élèves de l’Ontario et du Québec d’effectuer un séjour dans la province voisine. Selon la ministre déléguée aux Affaires francophones, Marie-France Lalonde, cela permettra aux jeunes franco-ontariens de découvrir comment la francophonie se vit dans un milieu majoritaire comme le Québec et l’importance de travailler à préserver la langue française.

Le projet-pilote qui pourrait s’élargir à un plus grand nombre d’élèves est rendu possible grâce à un appui des deux gouvernements à hauteur de 60 000$.

image1 (2)

Le ministre des affaires intergouvernementales québécoises a fait valoir que la francophonie du pays doit travailler davantage main dans la main. «Les Québécois doivent découvrir la francophonie canadienne. Jusqu’au années 60, on appelait ça les Canadiens français. Il y a une fausse impression de frontière dans la langue française», a-t-il souligné. «On doit tous mieux se connaître. La francophonie canadienne, elle ne veut pas être de Montréal. Le Pont Champlain ne passe pas par chez-nous, nous disent les gens», a ajouté M. Fournier.

Denis Vaillancourt, président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), a remercié les ministres Lalonde et Fournier de l’avoir invité à leur table pour l’annonce du nouvel accord. Il s’agit, selon M. Vaillancourt, d’un signe que le gouvernement ontarien écoute aujourd’hui davantage la communauté.

 

La francophonie ontarienne prend la rue

Vendredi 23 septembre au matin, des centaines de jeunes francophones qui fréquentent des écoles du Grand Toronto ont pris part aux festivités pour célébrer le Jour des Franco-Ontariens. Ils ont entonné le traditionnel «Mon beau drapeau» à la suite des discours de plusieurs dignitaires.

La première ministre ontarienne, Kathleen Wynne, a honoré le courage et la résilience des francophones de la province. «Nous reconnaissons la force d’endurance des francophones de l’Ontario», a-t-elle dit.

Mme Wynne a mentionné que son gouvernement travaillait à la création d’une université francophone, ce qui a été accueilli avec enthousiasme par la foule.

image6

image5

image3

Plus tard, les participants ont pris la rue en direction de l’hôtel de ville de Toronto pour une seconde cérémonie du drapeau. Des centaines de jeunes ont marché sur la rue University en faisant le plus de bruit possible, faisant leur la tradition acadienne du «tintamarre».

image2

Crédit photos: Michel Plaxton et Étienne Fortin-Gauthier, #ONfr.

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.