#Ontario

Hydro One: les PC mettent aussi la pression

Le chef progressiste-conservateur Patrick Brown et son député John Yakabuski devant la presse à Queen's Park. (Photo: François Pierre Dufault)

TORONTO – Après le Nouveau Parti démocratique, c’est au tour du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario de mettre la pression sur le gouvernement libéral pour empêcher la privatisation de la société de distribution et de transmission d’électricité Hydro One.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

L’opposition officielle à Queen’s Park a tenté une manœuvre de la onzième heure pour stopper le projet de vente au plus offrant du fournisseur d’électricité, le lundi 1er juin.

«Nous croyons que c’est une décision dangereuse qui ne servira pas les intérêts des gens de l’Ontario», a déclaré le chef progressiste-conservateur Patrick Brown lors d’un point de presse. «Lorsque le gouvernement aura vendu une majorité de l’entreprise, il n’en aura plus le contrôle. Et lorsque ce contrôle sera perdu, nous ne pourrons pas le récupérer.»

Le Parti PC a donc emboîté le pas au NPD en créant, lui aussi, un site web pour canaliser l’opposition de ses militants au projet de privatisation d’Hydro One.

Patrick Brown a dénoncé «le secret» dans lequel le clan libéral a opéré jusqu’ici, selon lui, pour finaliser une «vente de feu» d’Hydro One. Il s’est aussi inquiété de la perte de surveillance, notamment par l’Ombudsman et la Vérificatrice générale, dès l’adoption du budget provincial dont l’acte de vente du fournisseur d’électricité fait partie.

 

«Juste valeur»

«Nous ne pourrons jamais savoir si nous avons reçu un paiement à la juste valeur d’Hydro One ou si nous avons été floués», a insisté M. Brown.

Le chef de l’opposition à Queen’s Park a indiqué que son parti n’était pas opposé à la participation du secteur privé dans les affaires du gouvernement, sauf lorsqu’il s’agit d’un monopole public comme Hydro One qui dessert quelque 1,3 million de clients dans les régions rurales et du Nord ontarien.

«Nous avons tout essayé pour amener le gouvernement à faire des changements qui seraient dans le meilleur intérêt de la population», s’est désolé le député John Yakabuski, qui a tenté sans succès d’apporter des modifications à l’ébauche budgétaire pour que la province conserve plus de 50% des actions d’Hydro One et un pouvoir de surveillance de la société.

L’adoption du budget doit avoir lieu, le 3 juin.

La gouvernement libéral de Kathleen Wynne souhaite vendre jusqu’à 60% d’Hydro One au secteur privé pour dégager une somme de 4 milliards $ qui serait ensuite réinvestie dans l’infrastructure de la province. Aucun actionnaire ne pourrait toutefois détenir plus de 10% de l’entreprise.

Le NPD a réclamé, pour sa part, la tenue d’un référendum sur le projet de vente d’Hydro One. Le deuxième parti d’opposition a aussi demandé que le chapitre sur la privatisation du fournisseur d’électricité soit retranché du budget et débattu à une date ultérieure. En vain.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org