#Ontario

Hudak expulsé du métro de Toronto

TORONTO – Les choses ont plutôt mal tourné pour Tim Hudak lorsqu’il a voulu faire passer à la postérité son engagement à désengorger les routes et les transports en commun dans la grande région de Toronto… et qu’il a lui-même provoqué un retard dans le métro.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

Le chef progressiste-conservateur de l’Ontario a d’abord promis de réunir tous les transports ferroviaires et de toutes les routes principales dans la région de Toronto sous la houlette d’un seul organisme provincial, dans le but d’en simplifier la gestion. Il a aussi laissé entrevoir la création d’une nouvelle ligne de transport en commun est/ouest via le centre-ville.

Des transports plus fluides généreraient 96000 emplois, selon M. Hudak, qui promet au total la création de 1 million d’emplois sur huit ans.

«Qu’ils soient pris dans les embouteillages, ou dans un train bondé, les gens à travers le grand Toronto savent que le statu quo ne fonctionne pas», a scandé M. Hudak lors d’un point de presse à Queen’s Park, le dimanche 11 mai.

La campagne de M. Hudak a ensuite convié la presse à prendre quelques images impromptues dans le métro. Mais le groupe a vite dû plier bagage lorsque des agents de sécurité de la Commission des transports de Toronto (CTT) l’a expulsé du souterrain. La formation politique n’avait apparemment pas pris la peine d’obtenir un permis auprès du transporteur public pour tenir une activité médiatique sur sa propriété.

Le train dans lequel s’est engouffré le chef progressiste-conservateur est demeuré coincé pendant plusieurs minutes à la station Wellesley, située près de Queen’s Park.

Le clan Hudak est apparu mieux préparé lorsqu’il a formulé sa promesse de créer 40 000 emplois en réduisant les tarifs d’électricité des entreprises, le 12 mai.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org