#Ontario

Horwath promet une loi pour accroître la transparence

TORONTO – Le Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario déposera un projet de loi pour accroître la transparence du gouvernent provincial dans un délai de 30 jours s’il est porté au pouvoir, le 12 juin, promet la chef de la formation, Andrea Horwath.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

Le projet de loi du NPD viendrait mettre un frein aux publicités partisanes du gouvernement. Il donnerait aussi à l’Ombudsman de la province un droit de regard sur le système de santé, y compris les soins de longue durée et l’agence d’ambulances aériennes ORNGE.

«Les familles ont du mal à joindre les deux bouts, et c’est à leurs priorités que nous devrions consacrer l’argent public», a déclaré Mme Horwath, en tournée dans la région du Niagara, le jeudi 5 juin. «À la place, depuis une décennie, nous avons affaire à un Parti libéral qui privilégie ses propres intérêts aux dépens des gens qui sont laissés pour compte».

Le vérificateur général de l’Ontario a sévèrement blâmé les libéraux au pouvoir à Queen’s Park, en 2012, pour avoir exercé trop peu de contrôle sur le fonctionnement d’ORNGE, une organisation financée par la province à hauteur de 700 millions $ au cours des cinq années précédentes.

L’ancien patron d’ORNGE, le Dr Chris Mazza, et des membres de sa garde rapprochée seraient, en effet, parvenus à mettre sur pied une véritable toile d’araignée de compagnies privées affiliées au service d’ambulances aérienne, et financées à même des fonds publics, sans que le gouvernement ne s’en rende compte.

D’autres calculs erronés?

Les libéraux de Kathleen Wynne ont, pour leur part, dirigé leurs attaques contre les progressistes-conservateurs de Tim Hudak, le 5 juin. Ils ont dit avoir mis le doigt sur «une autre erreur de calcul» dans le programme électoral de l’opposition sortante.

Le plan Hudak aurait, selon les libéraux, pris en compte une deuxième fois des économies de 2,15 milliards $ déjà encaissées par la province à la suite d’un gel des salaires dans la fonction publique.

«Nous savons que tous les économistes qui ont analysé les projections de création d’emplois (des progressistes-conservateurs) disent que leur plan est erroné. Et maintenant, ça. Leur budget est erroné aussi», s’est moqué le libéral Brad Duguid, ministre sortant responsable de l’éducation postsecondaire et candidat dans Scarborough-Centre, à Toronto.

Rappelons que plusieurs économistes influents ont décelé une erreur de calcul importante dans le plan pour créer 1 million d’emplois de M. Hudak. Ses projections pourraient être jusqu’à huit fois trop optimistes.

M. Hudak, lui, continue à défendre, bec et ongles, son programme électoral. La province doit mettre de l’avant un «vrai» gel des salaires à la grandeur de la fonction publique, a-t-il scandé lors d’une visite d’une entreprise à Ottawa, le 5 juin.

Le chef progressiste-conservateur a reproché à sa rivale libérale de chercher ménager la chèvre et le chou dans la fonction publique alors que, selon lui, il faut y éliminer 100 000 emplois.

«Je sais qu’un gel des salaires ne sera pas populaire auprès de certains syndicats de la fonction publique. Mais c’est la bonne chose à faire et c’est nécessaire si nous voulons équilibrer le budget, protéger nos services de première ligne et créer des emplois», a déclaré M. Hudak.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org