#Ontario

«Guerre» de valeurs et débat électrique dans Simcoe-Nord

Patrick Brown, chef du Parti PC de l'Ontario, tentera d'obtenir un siège de député. (Photo: Twitter)

PENETANGUISHENE – Le chef du Parti progressiste-conservateur, Patrick Brown, pourrait faire son entrée au parlement ontarien au cours des prochaines semaines s’il remporte l’élection dans Simcoe-Nord, jeudi 3 septembre. Le mariage homosexuel et le droit à l’avortement ont étonnamment alimenté les débats dans cette campagne locale marquée par des échanges acerbes entre les deux principaux adversaires.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«Patrick Brown a voté en faveur d’une motion pour rouvrir le débat sur l’avortement et il a voté contre le mariage gay. Il se présente à tous comme un modéré, mais ce n’est pas ce que son bilan démontre. Il a montré qu’il avait des positions de droite, parfois même à l’extrême», selon Fred Larsen, le candidat du Parti libéral de l’Ontario dans Simcoe-Nord.

Il ne s’agit que d’affirmations mensongères dignes des campagnes de salissage aux États-Unis, selon le chef du Parti progressiste-conservateur. «Les temps ont changé et les trois partis appuient le mariage entre couples de même sexe et je suis très fier de cela. Je m’opposerais aussi à toute personne qui voudrait reculer sur la question de l’avortement», assure Patrick Brown. Il s’explique mal ces attaques de son adversaire libéral.

«Les libéraux de Kathleen Wynne n’ont pas confiance en leur plateforme et il y a beaucoup de pertes d’emplois. Avec un tel bilan, c’est plus facile d’attaquer à l’américaine, mais ce n’est pas apprécié à Simcoe-Nord», selon M. Brown.

La candidate néodémocrate, Elizabeth Van Houtte, tient à garder ses distances sur ces sujets. «Je vais laisser les deux garçons se chamailler ensemble», a-t-elle répondu à #ONfr, lorsqu’elle a été invitée à se prononcer sur les échanges de ses adversaires.

 

Craintes reliées à Hydro One

Les échanges musclés entre le libéral et le conservateur n’ont cependant pas éclipsé d’autres grands enjeux du moment dans la province. La privatisation partielle d’Hydro One est une grave erreur, selon Patrick Brown, qui affirme que les électeurs de Simcoe-Nord payeront le prix de cette décision libérale.

«Les prix élevés de l’électricité constituent un grave problème pour les familles et les petites entreprises. L’ombudsman doit être en mesure de faire son travail et le gouvernement doit pouvoir s’assurer que les prix sont justes, ce qui ne sera plus possible avec le projet de privatisation», selon M. Brown.

Elizabeth Van Houtte est plutôt du même avis. «Les gens sont inquiets de la diminution de la hausse des prix de l’électricité en raison de la privatisation d’Hydro One. Il faut envoyer un message aux libéraux. Il faut mettre plus de pression sur le gouvernement pour mettre fin aux politiques libérales qui frappent de plein fouet les familles de Simcoe-Nord», selon la néodémocrate.

Le candidat libéral admet pour sa part que certains citoyens se montrent inquiets. «Il y a des craintes. Mais les gens doivent savoir que ce ne sont pas les entreprises privées qui vont décider des prix, mais plutôt la Commission de l’énergie de l’Ontario. La privatisation partielle d’Hydro One permettra de faire des investissements dans nos communautés», répond Fred Larsen.

 

Hôpital de Penetanguishene

Les francophones de Penetanguishene pourraient bien perdre leur hôpital, partiellement désigné en vertu de la Loi sur les services en français, alors que sa fermeture est prévue pour 2016.

Le chef du Parti progressiste-conservateur promet de lutter bec et ongles contre cette disparition annoncée. «Les gens sont en colère. Le gouvernement Wynne coupe les soins de santé dans le nord. La décision est finale et moi je vais la renverser. C’est important d’avoir un tel hôpital qui offre des services en français», promet Patrick Brown, qui a insisté pour que son entrevue avec #ONfr se déroule entièrement en français.

La candidate néodémocrate compte aussi faire de la survie des services en français à Penetanguishene une priorité. Elle doute cependant des intentions réelles du chef conservateur dans ce type de dossiers locaux. «Nous n’en savons pas beaucoup sur lui. Il veut se faire élire pour poursuivre sa montée vers le pouvoir. Il est inconnu ici. Moi, je vais être dédiée à ma communauté», assure Mme Van Houtte.

Pour sa part, son opposant libéral privilégie une autre option pour la livraison des services en français à Penetanguishene. Au terme de discussions avec des acteurs de la communauté, il affirme qu’un nouveau centre de services en français pourrait voir le jour prochainement. «L’hôpital a été fusionné, mais il y a des projets qui pourraient permettre de servir la communauté», révèle-t-il.

L’élection dans Simcoe-Nord a été déclenchée après le départ du député provincial Garfield Dunlop, qui a accepté de céder sa place à son chef. Lors du dernier scrutin, en 2014, Fred Larsen était arrivé deuxième avec 33% du vote derrière le progressiste-conservateur Garfield Dunlop qui avait obtenu 44% des appuis populaires. Le Nouveau Parti démocratique était quant à lui arrivé 3e avec 16% des appuis.

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.