#Canada, #Francophonie, #Ontario

Francophonie: l’Ontario vise un statut permanent

Le prochain sommet de l'OIF se déroulera fen 2018. Archives #ONfr

TORONTO – La lettre de la première ministre ontarienne, Kathleen Wynne, adressée à Justin Trudeau est claire: si l’Ontario vise dans un premier temps un simple statut d’observateur au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), à terme la province voudrait en devenir un membre à part entière. Mais cela viendrait avec un coût: possiblement plus de 7 millions de dollars annuellement, si on se fie aux exemples du Québec et du Nouveau-Brunswick.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«Je sollicite votre appui et celui de votre gouvernement en vue de permettre à l’Ontario d’obtenir un statut d’observateur au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie, et ce, dans l’idée d’y obtenir par la suite le statut de membre de plein droit», écrit la première ministre ontarienne dans une missive envoyée à son homologue fédéral, Justin Trudeau, et dont #ONfr a obtenu copie.

Comme simple observateur, l’Ontario pourrait assister à la majorité des grands rassemblements de l’OIF, mais souvent sans pouvoir y prendre la parole ou intervenir. Mais si la province parvient ensuite à devenir un membre de plein droit, cela lui permettrait de participer pleinement aux instances que sont le Sommet de la Francophonie, la Conférence ministérielle de la Francophonie et le Conseil permanent de la Francophonie.

pm25

Depuis plusieurs mois, le gouvernement Wynne se contentait d’affirmer que l’Ontario miserait sur un statut d’observateur, assurant qu’aucun coût ne serait associé à la démarche entourant l’OIF. Les statuts de l’organisation prévoit en effet qu’un observateur ne verse que des contributions volontaires au financement de la coopération multilatérale francophone dans le cadre du Fonds multilatéral unique (FMU).

En revanche, si l’Ontario souhaite à terme devenir membre de plein droit, le coût sera nettement plus élevé. La contribution obligatoire est proportionnelle au PIB de l’entité membre, s’ajoute ensuite différentes contributions volontaires. Par exemple, le Québec a versé 5,5 millions de dollars à l’OIF en 2015. De ce montant, environ 4 millions ont été versés de manière volontaire pour financer différents programmes de la francophonie. En comparaison, la même année, le Nouveau-Brunswick a contribué à hauteur de 400 000 $ (135 000 $+265 000 $).

L’Ontario a un PIB plus élevé que le Québec. Selon les données actuelles, on peut croire que la contribution obligatoire ontarienne pourrait avoisiner les 2,5 millions de dollars. Si l’Ontario décide de doubler ce montant, à l’exemple du Québec et du Nouveau-Brunswick, pour financer différentes initiatives de manière volontaire, la facture pourrait facilement monter à plus de 7 millions de dollars.

«C’est trop tôt pour discuter des chiffres», a répondu Marie-France Lalonde, ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario à la suite d’une question d’#ONfr. «Je ne prends rien pour acquis. On va commencer avec un statut d’observateur. Lorsque je reviendrai de Madagascar, on pourra en discuter», a-t-elle indiqué.

L’Ontario s’est déjà montrée plus hésitante à joindre les rangs de l’OIF. En fait, il y a seulement un an, la ministre déléguée aux Affaires francophones de l’époque, Madeleine Meilleur, affirmait que des choix déchirants étaient à prévoir si l’Ontario allait de l’avant avec sa candidature.

  «Il faut d’abord savoir combien cela nous coûterait et voir aussi si nous préférons investir dans la francophonie internationale ou dans un autre projet important, comme la création d’une université franco-ontarienne. Nous devons réfléchir à ce que cela va nous rapporter» – Madeleine Meilleur, ex-ministre déléguée aux Affaires francophones

Madeleine Meilleur, ex-ministre déléguée aux Affaires francophones de l'Ontario. Archives, #Onfr

 

L’opposition: aller de l’avant, malgré les coûts

L’adhésion de l’Ontario à la francophonie mondiale rallie à la fois le gouvernement et l’opposition, depuis déjà un bon moment. Il s’agit d’une rare unanimité au sein de Queen’s Park. Mais l’opposition croit-elle maintenant que la facture associée à un futur statut permanent est justifiée?

Le chef progressiste-conservateur de l’Ontario, Patrick Brown, n’est pas choqué d’apprendre que l’Ontario devrait possiblement débourser plusieurs millions de dollars annuellement pour joindre les rangs de l’OIF.

«C’est important d’être membre de la francophonie. Parfois, il est possible de négocier ces droits d’adhésion. Je crois que c’est une opportunité d’avoir une voix dans le monde», a-t-il dit au terme de la période de questions à l’Assemblée législative de l’Ontario.

IMG_5976

Le NPD est du même avis. «Il faut mettre ça en contexte. L’Ontario est membre du Commonwealth et d’une douzaine d’autres associations qui viennent toutes avec des coûts. On aurait dû être membre de l’OIF depuis longtemps. J’aimerais ça que tout soit gratuit, mais ce n’est pas comme ça que ça se passe», affirme France Gélinas, critique néo-démocrate en matière de francophonie.

Elle souligne néanmoins que l’OIF semble exiger des frais d’adhésion plus élevés que d’autres organisations internationales. Elle affirme aussi que l’Ontario devra s’assurer de négocier avec l’OIF, si cela est possible.

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.