#Francophonie, #Ontario

Français à Toronto: «Pas de vraie volonté politique»

Fatima Zadra, présidente de l'ACFO Toronto Crédit image: Étienne Fortin-Gauthier

TORONTO – Les dirigeants politiques de Toronto ne démontrent pas un réel désir d’accroître la place du français dans la Ville reine, malgré leurs belles paroles, dénonce la nouvelle présidente de l’Association des communautés francophones de l’Ontario à Toronto (ACFO Toronto). Selon Fatima Zadra, certains services et certaines communications de la métropole du Canada devraient impérativement se faire dans les deux langues officielles du pays. 

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«Toronto ne fait pas les efforts à la hauteur d’un pays bilingue», lance Fatima Zadra. «Soit, le Canada n’est pas bilingue et alors on a pas besoin d’expliquer pourquoi il n’y a pas de services en français. Soit, on continue de parler d’un pays bilingue et on livre la marchandise», ajoute celle nouvellement élue à la tête de l’ACFO Toronto.

Originaire de la région française de Haute-Savoie, Fatima Zadra s’installe à Toronto en 2012 et joint, dès l’année suivante, l’ACFO Toronto. Son implication citoyenne n’est pas étrangère au choc qu’elle a ressenti à son arrivée dans la Ville reine. «J’avais été aux rencontres organisées par le gouvernement canadien en France. On nous avait présenté le Canada comme un vrai pays bilingue. J’étais convaincu, avec ce qu’on m’avait dit, qu’à Toronto tout le monde parlait français et anglais», confie-t-elle.

Fatima Zadra se fait un devoir de demander des services en français lorsque cela est possible. «Bien souvent, on me dit qu’il est disponible. Mais on m’envoie d’une personne à l’autre pour finalement aboutir à un employé anglophone unilingue. Pourtant, il y a des milliers de francophones de Toronto, qui j’en suis sûr, seraient ravis de travailler à la mairie!», lance-t-elle.

 

Fatima Zadra à John Tory: «Il faut poser des gestes»

À la suite de sa victoire, en octobre 2014, le maire de Toronto, John Tory, a débuté son discours de victoire en français. Depuis, il a confirmé qu’il appuyait le projet d’une université franco-ontarienne et celui d’une Maison de la francophonie, lors d’une entrevue à #ONfr. «Mais il faut plus que des mots, il faut poser des gestes! Il n’y a rien! Il y a pas de vraie volonté politique», lance-t-elle.

Mme Zadra confie que son équipe avait même invité le maire au Forum sur la francophonie torontoise, qui était organisé récemment à Glendon. «Nous n’avons même pas eu d’accusé de réception! La Ville n’a pas cru bon envoyer un seul représentant», dénonce-t-elle.

Selon elle, le conseil consultatif francophone de Toronto, rétabli en 2015, a sa place. Mais il faut lui donner plus de pouvoir et augmenter la fréquence des rencontres.

Fatima Zadra croit que la communauté francophone a aussi un travail à faire. Elle constate que les messages sont un peu «éparpillés», tout comme les citoyens eux-mêmes. L’idée de créer un quartier francophone où l’on regrouperait les organismes est toujours d’actualité, selon elle.

Elle salue le travail de l’ancien conseil d’administration, au cours de la dernière année. Complètement absent de la scène publique, l’ACFO-Toronto était à réfléchir à son identité et à effectuer un travail de fond, jure Mme Zadra. Elle croit plus que jamais à la pertinence de l’organisme. «C’est un vaisseau amiral qui peut porter un message politique. Nous nous impliquons par pure passion, nous représentons des milieux divers, tant par nos origines que nos professions», insiste-t-elle.

 


Trois des dossiers prioritaires de la présidente de l’ACFO-Toronto

-Une Maison de la francophonie

Sur la table à dessin depuis des décennies, le projet de Maison de la francophonie est toujours pertinent, selon Fatima Zadra. Un outil permettant à la communauté de se rassembler et de travailler ensemble à son épanouissement, selon elle.

-Traduction d’une partie du site web de la Ville

L’ACFO Toronto exige depuis des années que la Ville traduise en français certaines des pages de son site Internet qui concernent la santé publique, notamment. «On ne parle pas de toutes les pages. Ils ont les ressources pour le faire, mais peut-être pas la volonté», dit Mme Zadra.

-Faire entendre la voix des francophones

Les acteurs francophones devraient parler d’une seule voix pour avoir plus d’impact, selon la nouvelle présidente de l’ACFO Toronto. «Les politiques ne nous entendent pas: peut-être que c’est parce qu’on parle tous en même temps? Il faut avancer de manière plus collégiale», croit-elle.


 

D’autres Franco-Torontois inquiets

Le récent Forum sur la francophonie torontoise, qui se déroulait à Glendon, a mis en lumière l’inquiétude de plusieurs autres intervenants concernant l’état du français dans la Ville reine.

«Il faut un maire qui reconnait la francophonie. On a de plus en plus de francophones, mais la francophonie est complètement absente dans l’administration municipale», a souligné Solange Belluz lors des échanges.

Le commissaire aux services en français de l’Ontario, François Boileau, a effectué une présentation où il s’est montré critique face à la politique de traduction de la Ville. «La Ville de Toronto a une politique de traduction dite négative. Donc, si elle émet un document dans une autre langue que l’anglais, alors elle doit aussi le faire en français (…) Ce n’est pas proactif», dit M. Boileau.

Il dit ne pas avoir de levier face à la Ville de Toronto. «Si Toronto avait une réglementation sur les services en français, j’en serais fort heureux. Mais je doute que l’administration aille-là, car il y a des risques de dérapage au niveau politique», ajoute-t-il.

Plusieurs citoyens présents pendant le Forum ont partagé leurs critiques à l’endroit de l’appareil municipal torontois en matière de français.

La ministre déléguée aux Affaires francophones, Marie-France Lalonde, croit pourtant que les francophones ont un bon allié en la personne de John Tory. «Il est très francophile. Il a le Comité français qui a été remis en place. Il s’est engagé sur l’importance du français à Toronto. C’est certains qu’on est une minorité. Mais quand on se rassemble, on devient majoritaire», a-t-elle indiqué.  «Je le rappelle aux gens: à Toronto, on parle français!», dit-elle.

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.