#Francophonie, #Ontario

Français à l’aéroport Pearson: plusieurs infractions

Les plaintes au CLO sont toujours fortes contre les services en français des aéroports et Air Canada.Crédit: Étienne Fortin-Gauthier

TORONTO – L’aéroport international Pearson de Toronto a enfreint à plusieurs reprises les droits linguistiques de francophones, révèlent des rapports d’enquête du Commissariat aux langues officielles obtenues par #ONfr. Des changements doivent être apportés pour que les services soient offerts dans les deux langues officielles, selon la commissaire, Ghislaine Saikaley.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

L’aéroport international de Pearson est bilingue et les services doivent être offerts dans les deux langues officielles du pays, rappelle la commissaire Saikaley dans quatre rapports finaux ou préliminaires publiés au cours des dernières semaines et dont nous avons obtenu copie. L’ensemble des plaintes à l’origine des enquêtes concerne des événements survenus entre avril 2016 et juin 2016.

Trois plaintes différentes rapportent la même situation: des employés, qui accueillent le public et sont chargés de les orienter dans l’aéroport, n’ont pas offert de services en français. Pire, ils n’ont fait aucun effort pour trouver un collègue capable de répondre aux questions des voyageurs dans leur langue officielle.

Plusieurs articles de la Loi sur les langues officielles encadrent l’offre de services en français par l’Administration aéroportuaire du Grand Toronto. Comme institution fédérale, elle et ses tiers ont la responsabilité de communiquer dans les deux langues officielles et effectuer de l’offre active auprès des clientèles.

Dans une autre plainte, une citoyenne fait valoir qu’elle a été accueillie de manière bilingue, mais que le bilinguisme des employés s’arrêtait là. Elle rapporte dans sa plainte que ceux-ci ne parlaient pas français et n’était donc pas en mesure de répondre à ses questions.

«L’employé visé par la plainte lui a ordonné de quitter le lieu où elle se trouvait, en anglais seulement. La plaignante affirme avoir tenté de répondre en anglais, mais l’employé l’a interrompue à plus d’une reprise puisqu’il ne semblait pas comprendre», lit-on dans un rapport préliminaire, signé de la commissaire Saikaley.

 

L’ACSTA et Air Canada dans la mire de la commissaire

Autre infraction au sein de l’aéroport, cette fois de la part de l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien (ACSTA). L’événement se serait produit le 20 juin 2016 à un point de contrôle de sécurité: en aucun temps le plaignant n’a reçu de services en français de la part de plusieurs agents, même s’il a demandé d’être servi en français.

Ultimement, un agent de l’ACSTA a même été demander l’aide d’un employé d’une compagnie aérienne afin qu’il agisse comme interprète, rapporte le rapport final d’enquête du Commissariat aux langues officielles.

 

Des panneaux sont présents à l’aéroport Pearson et font savoir aux voyageurs qu’ils peuvent recevoir des services en français et en anglais. Ça ne semble pas avoir été le cas, par le passé, révèle la commissaire aux langues officielles du Canada.

Finalement, il est possible d’apprendre à la lecture des plaintes, que la compagnie aérienne Air Canada aurait aussi manqué à ses obligations. Des annonces faites à l’aéroport par du personnel de l’entreprise aérienne n’ont été faites qu’en anglais. Un panneau d’informations n’était pas non plus bilingue, rapporte la commissaire, qui exige que des actions soient posées pour régler la situation. La compagnie aérienne a réfuté une partie de cette plainte affirmant que son employé est bilingue, révèle le rapport.

 

Des recommandations faites par la commissaire

#ONfr a offert un droit de réponse à l’aéroport Pearson. «L’administration aéroportuaire du Grand Toronto est au courant de la situation abordée dans les rapports du Commissariat aux langues officielles et nous sommes à préparer une réponse», s’est contentée d’affirmer Nathalie Moncur, porte-parole de l’aéroport, dans un courriel laconique.

L’organisation a néanmoins fourni des réponses dans les différents rapports lorsqu’elle a été invitée à le faire par la commissaire Saikaley. L’administration aéroportuaire affirme que ses employés ont à cœur leurs obligations linguistiques. Dans un cas, des employés s’exprimant en français étaient au travail, mais pas dans la zone ciblée par la plainte.

La commissaire aux langues officielles formule plusieurs recommandations à l’aéroport, à l’ACSTA et à Air Canada dans les différents rapports. Dans l’un d’eux, elle recommande une formation linguistique aux employés de Pearson. Concernant l’ACSTA, la commissaire aux langues officielles note que des agents bilingues devraient être déployés à toutes les deux voies de contrôle de sécurité. Elle indiquait dans son rapport, publié en mars, que d’autres vérifications seraient faites prochainement.

Dans un des rapports, l’ACSTA admet que sur 18 agents de contrôle présents au moment où le plaignant était à l’aéroport, aucun ne parlait français. «L’ACSTA a indiqué qu’elle regrettait que le plaignant n’ait pas pu recevoir un service dans la langue officielle de son choix», apprend-on dans le document, l’organisme reconnaissant également le manque de conformité à la Loi.

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.