#Francophonie

États généraux de Sudbury: un forum pour suivi

SUDBURY – Les francophones de Sudbury passent à l’attaque. Six ans après la tenue des États généraux de la francophonie, la ville du nord de l’Ontario organisera les 1er et 2 mai un forum de deux jours consacré au suivi de l’événement.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @SebPierroz

«Nous voulons montrer ce qui a été fait depuis toutes ces années», illustre Joanne Gervais, directrice générale de l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) du grand Sudbury. «Durant la première journée du forum, nous parlerons des réalisations. La seconde journée sera quant à elle plus un détail des prochaines étapes à suivre.»

La première action prise après le sommet en novembre 2008 fut la mise en place d’un Comité de planification communautaire pour encadrer le suivi de l’événement. Un lancement assez long puisqu’il avait fallu attendre 2010 pour voir le groupe prendre forme officiellement.

«Nous avons beaucoup parlé depuis du projet d’une université franco-ontarienne, de l’amélioration des services en français, de partenariats possibles entre les organismes francophones, et favoriser les échanges entre les secteurs», poursuit Mme Gervais.

Le forum devrait être également l’occasion de revenir sur le dossier de la création de la Place des Arts. Imaginé lors du même sommet et avec l’idée de donner un toit au Regroupement des organismes culturels de Sudbury (ROCS), le projet demeure depuis sur la glace.

D’après le dernier recensement de Statistique Canada en 2011, la ville du Grand Sudbury compte 26,7 % de francophones pour une population totale estimée à environ 160 000 résidents.

Suivi actif à Ottawa

Le grand rassemblement de 2008 avait en tout cas donné des idées aux francophones de la capitale, qui ont organisé à leur tour un événement semblable en novembre 2012 à l’Université d’Ottawa.

Deux ans plus tard, le suivi continue toujours cahin-caha. Cinq comités avaient vu le jour au lendemain du sommet avec une activité très différente selon les groupes. Celui sur le bilinguisme officiel, revendication phare des États généraux, reste le plus dynamique.

La Manitoba a aussi emboîté le pas à Sudbury et Ottawa puisque la province organise depuis décembre et jusqu’à juin des États généraux de la francophonie. La formule diffère, privilégiant ici l’organisation de cafés citoyens sur une longue période.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org