#Francophonie, #Ontario

Entente de principe ratifiée pour l’AEFO

Le président de l'AFO, Carol Jolin. Archives #ONfr

OTTAWA – Le plus difficile est maintenant fait pour l’Association des enseignantes et enseignants franco-ontariens (AEFO).

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @SebPierroz

Le syndicat représentant un peu plus de 10 000 professeurs franco-ontariens de la province a annoncé, jeudi 15 octobre, avoir ratifié l’entente de principe conclue il y a un mois avec le gouvernement de l’Ontario et le Conseil des associations d’employeurs (CAE).

Une nouvelle qui réjouit Carole Jolin, le président de l’organisme. «Il y a plus d’un an, l’AEFO avait entamé les négociations avec des objectifs. Nous avons atteint plusieurs d’entre eux et nous sommes persuadés que dans son ensemble, il s’agit d’une bonne entente pour nos membres et pour la qualité de l’enseignement des élèves dans les écoles de langue française en Ontario.»

L’accord avait alors permis d’éviter de justesse le déclenchement d’une grève du zèle dans les écoles de langue française.

Les négociations locales entre l’AEFO et chaque conseil scolaire devraient commencer dans les prochaines semaines.

L’entente provinciale sera en vigueur jusqu’au 31 août 2017.

«Cela montre bien que des négociations peuvent être fructueuses quand les partenaires s’engagent à collaborer pour atteindre un but commun : assurer la réussite et le bien-être des élèves», a fait valoir la ministre de l’Éducation, Liz Sandals, dans un communiqué.

Fin août, l’association qui représente les enseignants des écoles catholiques anglophones (Ontario Catholic Teachers’ Association) et la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEESO) avaient annoncé obtenir satisfaction du gouvernement dans leurs négociations.

Toujours aucune entente n’a été conclue en revanche entre le gouvernement et la Fédération des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO).

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org