#Francophonie

Encore un recul pour la francophonie à Ottawa

Dans le rapport annuel du commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser, déposé jeudi 19 mai, les plaintes relatives au service au public restent majoritaires. Archives

OTTAWA – La proportion de francophones accuse de nouveau une légère baisse à Ottawa, s’établissant désormais à peine à 15%.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @SebPierroz

Ce sont en tout cas les conclusions du Portrait des groupes de langues officielles d’Ottawa et de Gatineau, préparé par Statistique Canada pour le Commissariat aux langues officielles. L’étude, publiée mercredi 8 avril, montre entre autres l’évolution des groupes linguistiques entre 1981 et 2011.

Ce chiffre de 15% issu du dernier recensement en 2011 représente une baisse par rapport à la dernière enquête du genre en 2006 (15,5%). C’est en revanche une nette diminution par rapport à 1981 où les francophones de langue maternelle représentaient 19,2% de la population.

Sans surprise, la majorité (63,7%) de la population était de langue maternelle anglaise en 2011. Depuis 2001, les francophones sont même derrière les résidents ayant une tierce langue. Ces derniers représentent aujourd’hui 21,3% de la population, contre 10,5% en 1981.

Autre constat de l’enquête: la population immigrante tend à adopter principalement l’anglais comme langue officielle. En trente ans, les résidents d’Ottawa ayant choisi la langue de Molière ont chuté de 3%, s’établissant en 2011 à 16,4% contre 82,3% pour l’anglais.

Si la proportion de la population déclarant parler l’anglais le plus souvent à la maison a par ailleurs diminué en 30 ans, passant de 78,7% à 77%, l’impression est encore plus nette pour la pratique du français ayant chuté de 15,5% à 10,7% sur la même période.

Donnée non négligeable, la francophonie reste particulièrement implantée à l’est de la ville. En témoignent les 38,5% de francophones vivants dans le quartier Cumberland. Suivent ensuite les quartiers Innes, Rideau-Rockcliffe et Rideau-Vanier tous à un peu plus de 33%.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org