#Francophonie, Vidéos

Emploi: êtes-vous le «francophone de service»?

TORONTO – Être bilingue n’a pas que des avantages: des francophones de l’Ontario subissent les conséquences d’être en mesure de s’exprimer en français dans leur environnement de travail anglophone. Certains ne peuvent pas obtenir de promotion, d’autres héritent d’une charge de travail plus élevée que leurs collègues unilingues.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«Je travaille au service à la clientèle dans une entreprise numérique. À plusieurs reprises, j’ai postulé pour un poste plus élevé, mais on m’indique qu’on préfère me laisser où je suis, car je parle français», confie à #ONfr un jeune Franco-torontois, qui préfère conserver l’anonymat de crainte de représailles. Les dirigeants de son entreprise disent avoir besoin de lui au service à la clientèle. Même s’il a étudié en administration et qu’il se sent parfaitement qualifié pour des postes dans cette sphère au sein de son entreprise, ses patrons préfèrent ignorer sa candidature, dénonce-t-il.

«Je comprends que mes patrons aient besoin de moi pour répondre aux clients francophones au téléphone, mais j’ai aussi le droit de grandir dans l’entreprise et d’obtenir un poste plus près de mes préférences et qualifications», souligne-t-il.

Il affirme être «bloqué dans l’échelle professionnelle» de son entreprise, en raison de sa capacité à ne pas seulement parler anglais. «Ça devrait être un avantage, mais pour moi, c’est le contraire», dénonce-t-il. Le bilinguisme est habituellement décrit comme un atout par plusieurs organismes d’aide à l’emploi. Mais dans la réalité, il peut aussi être une béquille et un frein à l’emploi, selon notre intervenant.

Des francophones qui évoluent dans toutes les sphères professionnelles peuvent vivre une telle situation. Parlez-en à Lise Marie Baudry, la directrice générale du Centre francophone de Toronto. «La problématique, c’est de penser que quelqu’un a des habilités limitées à ses habilités linguistiques», explique Mme Baudry, qui dit avoir vécu à deux reprises des situations où elle était la «francophone de service» dans son milieu de travail.

«La première fois, je l’ai plus subi qu’autre chose. Par la suite, en prenant de l’expérience et en développant mes capacités, c’est devenu au contraire une occasion de leadership», dit-elle avec fierté. «Dans un milieu anglophone, je me suis retrouvée, oui la francophone de service, mais qui prenait le leadership sur des dossiers car j’étais francophone et on n’osait pas me les refuser», explique-t-elle.

Mme Baudry affirme qu’il est essentiel de sensibiliser les employeurs à cette problématique. Des intervenants de la santé préfèrent aussi taire leur capacité de s’exprimer dans une autre langue que l’anglais de crainte de devoir en subir les conséquences, souligne-t-elle. «C’est très triste», lance Mme Baudry, qui rappelle que bon nombre de francophones peinent à obtenir des services de santé dans leur langue en Ontario.

 

Des acteurs de la santé cachent qu’ils parlent français

Nicole Dubuc-Charbonneau du Consortium national de formation en santé confirme la pression supplémentaire que subissent certains professionnels de la santé qui parlent français en Ontario. «Plutôt que de seulement s’occuper de leurs patients, ils craignent d’avoir aussi à s’occuper des patients francophones de leurs collègues», confirme celle qui évolue au sein de l’Université Laurentienne, à Sudbury.

«Parfois, en raison d’une pénurie de francophones disponibles, ils ont l’impression qu’ils auront une surcharge de travail s’ils disent qu’ils parlent français. Ou encore qu’ils devront faire beaucoup de traduction et agir comme le francophone de service», explique-t-elle.

travail3

 

Plusieurs professionnels formés pour des tâches complexes ne veulent pas être obligés de consacrer une partie de leur journée à faire de la traduction de documents ou agir comme interprète, souligne-t-elle. Mme Dubuc-Charbonneau affirme que les réseaux de la santé doivent s’assurer d’avoir suffisamment d’intervenants de la santé francophone et promouvoir l’offre active de services en français.

Avez-vous été victime de discrimination dans votre milieu de travail en raison de votre langue? Contactez notre reporter par courriel (efgauthier@tfo.org) ou réagissez à notre article sur notre page Facebook.

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.