#Francophonie, #Ontario

Effort de visibilité pour le français à Hamilton

De nombreuses initiatives se mettent en place pour augmenter la visibilité des francophones d'Hamilton Crédit : Photo-montage #ONfr, Étienne Fortin-Gauthier

HAMILTON – Les efforts des acteurs francophones de Hamilton pour augmenter la visibilité de la communauté de langue française et améliorer les services qui lui sont destinés portent tranquillement leurs fruits. Le flou demeure cependant sur la possibilité de voir un jour le drapeau franco-ontarien flotter de manière permanente devant l’hôtel de ville.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

Au cours des prochaines semaines, une bonne partie du demi-million de citoyens de Hamilton pourra apercevoir en plein cœur de leur ville une grande bannière tout en français. «On ne pourra pas la rater!», lance avec fierté Sébastien Skrobos, coordonnateur des projets et du développement à l’ACFO Régionale Hamilton.

«Cette campagne de promotion visera plus particulièrement les francophones pour leur dire qu’il est possible de vivre, de se divertir et de se faire soigner en français à Hamilton » – Sébastien Skrobos, ACFO Régionale Hamilton

La communauté francophone a aussi depuis quelques jours une vitrine web sur un portail destiné aux immigrants francophones. Si la vitalité francophone de Hamilton est dorénavant mise de l’avant sur le site, c’est surtout la main tendue par la ville, qui réjouit M. Skrobos.

«La Ville a approché la Table de concertation francophone pour qu’on développe le contenu de cette portion du site web. Ça démontre que la municipalité nous considère comme un incontournable et qu’elle souhaite collaborer avec les francophones», a-t-il dit.

hamilton

En matière de visibilité auprès des immigrants francophones, les acteurs de la communauté planchent sur une autre initiative qui devrait donner une visibilité internationale à la région. «Nous avons un projet de campagne de promotion en France, en Belgique et en Afrique du Nord. On veut présenter Hamilton comme une destination francophone, grâce à une campagne web», explique M. Skrobos.

Considérant les retombées potentielles pour la municipalité, M. Skrobos fait savoir que la Ville pourrait être invitée à collaborer à l’initiative.

 

Drapeau devant l’hôtel de ville

Sébastien Skrobos admet cependant que la Ville de Hamilton montre moins d’empressement à installer le drapeau franco-ontarien devant l’hôtel de ville.

«On nous dit qu’il y a des écueils. Je pense que les gens ont peur qu’à terme il y ait une obligation d’offrir des services en français à la mairie. Mais ce n’est pas ça notre objectif, c’est juste de s’afficher bilingue», insiste-t-il, tout en rappelant que Hamilton est désignée en vertu de la Loi sur les services en français. «On espère une issue positive», ajoute-t-il.

Contactée par #ONfr, la Ville de Hamilton n’a pas répondu à nos questions sur le sujet, malgré sa promesse de le faire dans les plus brefs délais.

La municipalité avait hissé le drapeau blanc et vert pour une première fois en 2011 à l’occasion de la Journée des Franco-Ontariens. Il avait à l’époque fallu plusieurs années aux activistes francophones de la région pour convaincre les élus.

 

Une initiative pour promouvoir l’offre active

L’offre active, ce concept où les intervenants qui offrent des services abordent les citoyens aussi en français, est l’une des priorités de l’ACFO Régionale Hamilton.

Depuis un bon moment, les acteurs francophones veulent améliorer l’offre traditionnellement donnée par les agences anglophones à titre de tierces parties en vertu de la Loi sur les services en français.

«Les organismes sont éparpillés et on s’est rendu compte qu’il y avait un manque de ressources pour former leurs employés francophones, bâtir des plans de services en mode offre active, faire de la formation à distance et réseauter», explique M. Skrobos.

Skrobo

Pour combler ce vide, une nouvelle plateforme intranet sera lancée au printemps à l’intention de ces organismes. «Il y a aura un partage des ressources pour les formations, pour trouver des services de traduction ou recruter et retenir ses professionnels francophones», explique-t-il. Des organismes de santé, d’aide à l’enfance et de santé primaire devraient notamment en profiter.

La population de Hamilton est de 519 000 habitants, selon le recensement de 2011, dont 8 750 ont le français comme langue d’usage. Les trois communautés immigrantes francophones les plus importantes sont issues de la République Démocratique du Congo, de la France et d’Haïti.

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.