#Ontario

Doug Ford serait tenté par la chefferie progressiste-conservatrice

Doug Ford, candidat défait à la mairie de Toronto, serait tenté par la chefferie progressiste-conservatrice de l'Ontario. (Photo: Twitter)

TORONTO – Après avoir voulu suivre les traces de son frère à la mairie de Toronto, voilà que Doug Ford songe à suivre les traces de son père à Queen’s Park. Le nouvel homme fort de la Ford Nation a admis lorgner la chefferie du Parti progressiste-conservateur.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

«C’est sur la table», a déclaré M. Ford à plusieurs médias torontois au lendemain des élections municipales en Ontario, le mardi 28 octobre. «Notre équipe de campagne est prête. Nous sommes déjà loin devant les autres candidats».

Le frère aîné de Rob Ford a été conseiller d’un quartier de l’ouest de Toronto pendant un mandat, alors que son cadet était maire. Les deux hommes ont voulu échanger leurs rôles, peu avant le scrutin du 27 octobre.

Le Parti progressiste-conservateur aurait «besoin d’un bon ménage», selon Doug Ford, qui prétend aussi être capable d’amener de nouveaux appuis à la formation, notamment dans la banlieue torontoise.

L’ancienne Big Blue Machine n’a réussi à faire élire qu’un seul député à Toronto au cours de la dernière décennie.

Le père de frères Ford a siégé à Queen’s Park de 1995 à 1999.

Plusieurs allusions

Ce n’est pas la première fois que Doug Ford fait allusion à un éventuel saut dans l’arène provinciale. Il a été pressenti par le Parti PC pour briguer un siège dans son fief d’Etobicoke avant que les frasques de son frère – notamment sa consommation de crack – ne viennent freiner ses ambitions.

Mais, avec la déconfiture du Parti PC aux élections du 12 juin, et la succession du chef démissionnaire Tim Hudak qui s’organise, un bond de M. Ford sur la scène provinciale serait de nouveau envisageable.

Doug Ford semblait pourtant prêt à quitter la vie politique lorsqu’il est venu à pied levé remplacer son frère, atteint d’un cancer, dans la course à la mairie de Toronto, à la mi-septembre. Il ne s’était pas représenté à l’échevinat dans son quartier électoral, où c’est finalement un Rob Ford affaibli par la maladie qui l’a emporté.

Plombé par le legs controversé de son frère et des sondages défavorables, Doug Ford a tout de même obtenu environ 35% des appuis pour la mairie, seulement quatre points derrière le vainqueur John Tory.

Cinq candidats briguent pour l’instant la chefferie du Parti progressiste-conservateur. L’opposition officielle à Queen’s Park doit choisir son nouveau chef, le 9 mai 2015.

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org