#Ontario, Vidéos

Discours du trône: moins cher pour l’électricité

TORONTO – La facture d’électricité des Ontariens va diminuer, a annoncé le gouvernement à l’occasion du discours du trône présenté par la Lieutenante-gouverneure de l’Ontario, Elizabeth Dowdeswell. Critiqué de toute part dans sa gestion des coûts de l’énergie, le gouvernement de Kathleen Wynne dit maintenant avoir entendu la population.

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«Que ce soit à Kenora, à Sudbury, à Belleville, à London ou à Barrie, votre gouvernement a écouté et entendu vos préoccupations. Il reconnaît que le coût de l’électricité est maintenant un fardeau pour le budget des familles», peut-on lire dans le discours du trône présenté par la lieutenante-gouverneure générale de l’Ontario.

FullSizeRender

Pointé du doigt comme l’un des facteurs clés de la défaite libérale lors de l’élection partielle dans Scarborough-Rouge River, l’augmentation des coûts de l’énergie a été au cœur du discours présenté lundi 12 septembre, à Queen’s Park.

Un projet de loi sera bientôt déposé pour permettre de rembourser directement à partir de la facture mensuelle d’électricité la composante provinciale de la taxe de vente harmonisée. Il s’agit d’une économie pour les consommateurs à hauteur de 8%. Cette remise entrera en vigueur à partir du 1er janvier prochain.

Le gouvernement va même encore plus loin pour les citoyens vivant hors des grandes villes. «Les usagers vivant en milieu rural qui seraient admissibles recevraient ces économies supplémentaires qui se traduiraient par des économies mensuelles sur leur facture d’environ 20%», affirme le gouvernement. Cela représente une économie d’environ 45$ par mois.

 

Places en service de garde

Autre annonce de ce discours du trône: la création de 100 000 places en service de garde au cours des cinq prochaines années. Le gouvernement aura doublé l’offre pour les zéro à quatre ans d’ici 2022, comparativement à 2013, dit-il.

Le gouvernement réitère également son engagement de présenter un budget équilibré l’an prochain. Le discours souligne néanmoins que «l’économie demeure dans un état transitoire».

La santé, les soins pour aînés, l’éducation et les infrastructures sont aussi des priorités du gouvernement pour les prochaines années.

«Votre gouvernement investira dans les routes, les transports en commun et une infrastructure moderne, dans le cadre du plus grand investissement infrastructurel de l’histoire de la province» – Discours du trône de l’Ontario

Le gouvernement affirme qu’au cours des cinq prochaines années, 5000 kilomètres d’autoroute seront construits ou repavés, tout comme 750 ponts.

L’opposition insatisfaite

«C’est trop peu, trop tard», a tranché Patrick Brown, chef progressiste-conservateur en réaction au discours du Trône. Le chef du Parti PC de l’Ontario estime que le gouvernement devait poser des gestes pour alléger le portefeuille des familles bien avant.

«Où était ce gouvernement quand on a appris que le nombre de citoyens incapables de payer leur facture d’électricité avait augmenté de 150% en un an seulement ?», a lancé M. Brown. Il a affirmé que le gouvernement Wynne a refusé d’admettre la crise de l’énergie jusqu’à sa défaite lors de l’élection partielle.

Andrea Horwath, chef du Parti néo-démocrate, a dénoncé vivement le plan du gouvernement Wynne. La chef du NPD estime que la facture d’électricité ne devrait tout simplement pas être sujette à la taxe provinciale.

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.