#Canada, #Ontario

Dernier débat pour les candidats libéraux dans Ottawa-Vanier

Les candidats à l'investiture libérale dans Ottawa-Vanier débattaient pour une dernière fois avant l'élection de dimanche. Crédit image: Benjamin Vachet

OTTAWA – À trois jours du vote d’investiture pour le Parti libéral du Canada (PLC) dans Ottawa-Vanier, les candidats avaient une dernière occasion de séduire leurs électeurs, lors d’un débat organisé le jeudi 2 février au Centre communautaire Côte-de-Sable.

BENJAMIN VACHET
bvachet@tfo.org | @BVachet

Comme lors de l’un des précédents exercices, début janvier, le nombre de candidats a empêché de vraiment les départager sur le fond, d’autant que le consensus a souvent dominé dans les réponses des candidats.

Devant quelque 200 personnes, plusieurs thèmes récurrents de cette campagne ont de nouveau été abordés comme la lutte contre la pauvreté, le développement de l’ancienne base militaire Rockcliffe ou encore, la stimulation de l’économie et de l’emploi.

Actualité oblige, la question de la réforme électorale, promesse de campagne abandonnée par le gouvernement libéral le jour précédent, a également été posée par le public. L’ensemble des candidats s’est dit déçu par cette décision, tout en plaidant pour continuer la conversation.

Tous ont aussi évoqué l’attaque du Centre culturel islamique musulman de Québec en insistant sur l’importance de la diversité au sein de la société canadienne.

Dans un débat où l’anglais a dominé dans les questions du public, la francophonie a trouvé une maigre place dans les débats lorsque plusieurs candidats, dont Mona Fortier, Nicolas Moyer et Véronique Soucy, se sont prononcés contre le nom unilingue anglophone choisi pour le projet de développement de l’ancienne base militaire Rockcliffe, Wateridge Village.

Il aura finalement fallu attendre le mot de la fin pour entendre quelques candidats se positionner davantage. Khatera Akbari s’est dite décidée à défendre les deux langues officielles et le bilinguisme, tandis que Mona Fortier a promis qu’avec elle, l’identité et la culture francophone seront reconnues. Nicolas Moyer a quant à lui souligné l’importance et le besoin d’avoir une ville d’Ottawa bilingue.

Selon l’analyse du stagiaire postdoctoral à la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques de l’Université d’Ottawa, Martin Normand, la décision finale des militants libéraux d’Ottawa-Vanier devrait se faire davantage sur la personnalité des candidats à l’investiture et sur leur ancrage dans la communauté, que sur les enjeux et solutions apportées par chacun (voir par ailleurs).

Au total, ils sont finalement huit à vouloir représenter le PLC lors des élections partielles fédérales dans Ottawa-Vanier. Persévérance Mayer et Abdourahman Kahin n’ont pas obtenu le feu vert du parti pour participer à l’investiture qui aura lieu le dimanche 5 février.

 

Les conservateurs choisiront le 16 février

La date des élections partielles n’a pas encore été déterminée. Le gouvernement de Justin Trudeau a jusqu’au 19 février pour l’annoncer, selon les règles d’Élections Canada.

La circonscription d’Ottawa-Vanier est considérée comme un véritable château fort libéral depuis Ottawa-Est, de 1935 à 1973, puis Ottawa-Vanier, après 1974. En octobre 2015, M. Bélanger avait obtenu les faveurs des électeurs pour une huitième fois consécutive avec 57,57 % des votes, sa victoire la plus probante depuis celle de 1997.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a déjà sa candidate depuis fin novembre en la personne d’Émilie Taman, professeure à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa, qui s’était déjà présentée lors des élections d’octobre 2015.

À l’époque, la fille de l’ex-juge à la Cour suprême du Canada, Louise Arbour, avait terminé à la seconde place avec 19,25 % des votes, devant le candidat conservateur David Piccini, qui obtenait 19,11 % des votes, mais loin derrière M. Bélanger.

L’association locale du Parti conservateur du Canada (PCC) a quant à elle confirmé à #ONfr avoir deux candidats. Adrian Papara et Joël Bernard tenteront de remporter l’investiture conservatrice dans Ottawa-Vanier le jeudi 16 février.

 


EN COMPLÉMENT – Le politologue Martin Normand analyse la campagne à l’investiture libérale dans Ottawa-Vanier

 

Benjamin Vachet
Benjamin Vachet
bvachet@tfo.org @BVachet

Originaire de France, Benjamin Vachet vit au Canada depuis plus de dix ans. Titulaire d'un baccalauréat en Administration économique et sociale et d'une maîtrise de journalisme, il a commencé sa carrière en France, avant de la poursuivre au Canada. Il a travaillé pour les hebdomadaires Le Reflet, puis L’Express Ottawa et pour la radio francophone d’Ottawa, Unique FM. Il a rejoint le Groupe Média TFO en 2014. Passionné de politique ontarienne, fédérale et internationale, Benjamin cumule plus de treize années d’expérience en presse écrite, radio et télévision.