#Francophonie, #Ontario

Coup de jeune à la tête de l’ACFO d’Ottawa

L'ancienne présidente de l'ACFO d'Ottawa, Aja Besler (à droite), et le vice-président Alain Dupuis. Archives #ONfr

OTTAWA – Un vent de jeunesse souffle sur l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO d’Ottawa). Déjà connue pour son implication parmi les jeunes franco-ontariens, Aja Besler a été élue présidente par acclamation lors de l’assemblée générale, mercredi 14 septembre en soirée.

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @sebpierroz

C’est Alain Dupuis, le directeur général du Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO), qui l’épaulera à titre de vice-président de l’organisme porte-parole des francophones d’Ottawa.

À la différence des précédentes assemblées générales, bon nombre de jeunes avaient pris place dans la salle de réunion. Une prise de pouvoir presque, alors que beaucoup de militants réclament depuis des années l’implication de plus de jeunes dans les organismes francophones locaux.

acforéunion

«Il y a des jeunes qui sont actifs et qui ont beaucoup à donner, beaucoup d’énergie (…) C’est bien de voir des personnes jeunes qui ont de l’énergie et sont prêtes à apporter un nouveau souffle», a fait part à #ONfr Mme Besler, originaire de Sarnia, peu après son élection.

La jeune femme de 28 ans, qui officie présentement comme employée de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), veut un organisme beaucoup plus visible: «Je pense que l’ACFO d’Ottawa devrait être l’ACFO la plus présente dans la province. Elle doit grandir et avoir une programmation intéressante qui interpelle vraiment les résidents d’Ottawa. Elle devrait être aussi plus active politiquement et avoir une plus grande voix.»

Parmi les dossiers politiques, la nouvelle élue entend donner un souffle plus fort au dossier de la désignation bilingue: «C’est un moment très propice de prendre avantage de toute l’attention qu’Ottawa va recevoir dans le cadre du 150e de la Confédération en 2017.»

L’ACFO d’Ottawa reste très impliquée dans le dossier, puisqu’elle fait partie des organismes membres de l’initiative #OttawaBilingue, dont fait également partie le RÉFO, la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) ou encore le Mouvement pour une capitale du Canada officiellement bilingue (MOCOB). Avec l’espoir d’obtenir le soutien d’assez de conseillers municipaux pour voir la capitale du Canada devenir officiellement bilingue d’ici 2017.

La question de la désignation a été soulevée à plusieurs reprises par les membres durant leur prise de parole. Lucien Bradet a encouragé les francophones  à «écrire aux conseillers» pour soutenir le projet, tandis qu’Isabelle M. Miron, la directrice générale de l’organisme, a souligné «la sensibilité» du maire Jim Watson aux francophones.

 

Partisanerie

Cette élection d’un nouvel exécutif à la tête de l’ACFO d’Ottawa succède à une autre beaucoup plus polémique en 2014. Alexandre Mattard-Michaud et Danick Lafrance, tous deux employés par l’ancien député fédéral d’Ottawa-Vanier, le libéral Mauril Bélanger, avaient ravi respectivement les postes de président et vice-président.

Une ACFO donc plus neutre? «L’ACFO doit faire de la représentation politique, mais de façon non partisane, et en travaillant avec tous les partis», explique Mme Besler. «Le fait que nous avons une présence politique neutre fait en sorte que nous allons plus créer de liens auprès de tous les partis.»

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
spierroz@tfo.org @sebpierroz

Natif d’Annecy dans les Alpes françaises, Sébastien Pierroz obtient une maîtrise d’histoire de l’Université Paris Panthéon-Sorbonne en 2007. Après avoir travaillé pour Le Reflet dans l’Est ontarien, puis L’Express d’Ottawa, Sébastien rejoint l’équipe d’#ONfr au Groupe Média TFO en janvier 2015.