#Canada, #Francophonie

Cinq enjeux francophones pour la campagne fédérale

Plus de un million de personnes ont le français comme langue maternelle hors Québec. Archives, #ONfr

OTTAWA – À peine débutée, la campagne pour les élections fédérales voit déjà les francophones en situation minoritaire fourbir leurs arguments. Entretien avec Sylviane Lanthier, la nouvelle présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA).

SÉBASTIEN PIERROZ
spierroz@tfo.org | @SebPierroz

Immigration. Depuis quelques mois, probablement le sujet le plus en vue pour les francophones hors Québec. La FCFA réclame toujours une meilleure implication du gouvernement fédéral pour tenir son engagement en matière d’immigration francophone. À savoir atteindre la cible de 4,4% fixé en 2003, laquelle permettrait un meilleur épanouissement de la communauté francophone. Force est de constater que cette proportion reste continuellement en dessous de la barre de 2%. Dernière trouvaille: le programme électronique Entrée Express, lancé en janvier et sensé dynamiser l’immigration francophone hors Québec, ne répond toujours pas aux attentes de la FCFA. Le Parti libéral du Canada (PLC) et le Nouveau parti démocratique n’ont de cesse de fustiger la politique du gouvernement Harper sur l’immigration francophone, tout en se montrant flous sur les solutions.

Feuille de route. Avec une stratégie quinquennale de 1,1 milliard pour les communautés linguistiques en situation minoritaire, l’enveloppe de la Feuille de route reste identique depuis une dizaine d’années. Destinée à financer l’éducation, l’immigration et les communautés en milieu minoritaire, cette somme inchangée compilée à l’inflation reste donc un frein pour les communautés francophones. «De la fraude», avait décrit Stéphane Dion, le porte-parole en matière de Langues officielles pour les libéraux. Le NPD s’est également engagé à hausser le montant et revoir la stratégie, s’il arrive au pouvoir. Plus que la somme, c’est la méthode qui reste dénoncée par la FCFA: «Il y a un virage actuellement sur le contenu de cette somme», dénonce Mme Lanthier. «Les appels d’offres pour donner des services en français vont plus souvent vers des organismes anglophones, bien que ceux-ci s’engagent à offrir le service en français, qu’à des organismes francophones. C’est regrettable.»

Désignation bilingue d’Ottawa. Probablement, l’enjeu le plus urgent. À l’instar du Mouvement de Jacques de Courville Nicol, le souhait de voir la capitale du Canada devenir officiellement bilingue en 2017 devrait rebondir durant la campagne. Une volonté saluée par de nombreux politiciens lesquels continuent de se renvoyer la responsabilité de la désignation entre les différents paliers gouvernementaux. Si les troupes de Stephen Harper n’ont jamais exprimé clairement de considération pour le projet, le PLC et le NPD se sont montrés plus ouverts, sans garanties formelles. «Nous n’imposerions pas une telle décision, car cela engendrerait des problèmes constitutionnels», avait ainsi rappelé récemment M. Dion. «Nous allons continuer d’interpeller les différents partenaires politiques durant la campagne», soutient de son côté Mme Lanthier.

Loi sur les langues officielles. Coïncidence, le parti vainqueur des élections le 19 octobre terminera son mandat en 2019… pour le 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles. Pourtant et depuis bientôt cinq décennies, les entorses à loi se multiplient. Particulièrement dans le collimateur du Commissariat aux Langues officielles: la compagnie Air-Canada ou les différents aéroports. Le NPD plaide pour une possibilité donnée à l’agence parlementaire de «mettre des contraventions» à ceux ne respectant pas la loi de 1969. «Les rapports soulignent année après année ces manquements», déplore Mme Lanthier. «Nous voulons maintenant un effort du nouveau gouvernement.»

Médias. Lorsque la FCFA parle des médias, il faut surtout comprendre la défense CBC/Radio-Canada. Et le début des coupures, imposées au diffuseur public en 2012 par le gouvernement Harper, continue de se traduire par mises à pied. Le NPD de Thomas Mulcair avait promis en cas d’élection de réinstaurer un financement stable. Une promesse également mise en avant par Stéphane Dion, même si le bilan des libéraux vis-à-vis de Radio-Canada reste fort contestable. En 1995, le gouvernement de Jean Chrétien avait amputé le budget du diffuseur d’environ 400 millions $. Un rapport sénatorial récent privilégiant la transformation de Radio-Canada n’avait pas convaincu la FCFA. «Nous avions pourtant insisté sur un moratoire sur les compressions prévues et sur la mise sur pied d’une commission indépendante.»

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org