#Francophonie, #Ontario

Budget satisfaisant pour les francophones

TORONTO – Les libéraux de Kathleen Wynne ont déposé un budget 2014 satisfaisant, aux yeux de la communauté francophone de l’Ontario.

FRANÇOIS PIERRE DUFAULT
fpdufault@tfo.org | @fpdufault

«Le premier constat, c’est qu’on a parlé des francophones», a fait remarquer Denis Vaillancourt, président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), faisait allusion au budget 2013 dans lequel le fait français brillait par son absence.

Cette fois, les libéraux se sont engagés à épauler financièrement les commémorations du 400e anniversaire du passage en Ontario de l’explorateur français Samuel de Champlain, qui auront lieu en 2015.

«Nous sommes heureux de voir qu’il y a une volonté de reconnaître l’apport et la contribution des francophones», a commenté M. Vaillancourt, joint par 360 TFO peu après le dépôt du budget, le jeudi 1er mai.

On ignore toutefois le montant de la subvention pour souligner les 400 ans de l’Ontario français, qui dépendra de l’ampleur des célébrations, selon nos informations.

Connecter les écoles

Du côté des conseils scolaires franco-ontariens, on se réjouit de l’annonce de 150 millions $ pour équiper les écoles d’outils d’apprentissage technologiques, comme des tablettes.

«C’est encourageant pour nous, les francophones, qui sommes éparpillés un peu partout dans la province. Ça va nous permettre de nous connecter où que nous soyons», a partagé Jean Lemay, président de l’Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques.

Les libéraux à Queen’s Park ont visiblement tiré des leçons de leur budget 2013, ayant essuyé plusieurs critiques pour y avoir oublié les francophones.

Or, des mesures budgétaires peuvent être bénéfiques pour l’ensemble de la population l’Ontario sans qu’elles ne soient spécifiquement étiquetées pour la minorité francophone, a fait valoir Madeleine Meilleur, Procureure générale et ministre déléguée aux Affaires francophones. «Les francophones sont aussi des travailleurs, des universitaires», a-t-elle insisté.

 

François Pierre Dufault
fpdufault@tfo.org