#Ontario

Autisme: transformation des services offerts aux familles

Michael Coteau, ministre des Services à l'enfance et à la jeunesse.
Michael Coteau, ministre des Services à l'enfance et à la jeunesse. Crédit image: Maxime Delaquis

MISSISSAUGA – Le ministre des Services à l’enfance et à la jeunesse, Michael Coteau, a annoncé que le nouveau programme ontarien en matière d’autisme allait s’appliquer à tous les jeunes jusqu’à 18 ans, peu importe le nombre d’heures dont ils ont besoin pour recevoir de l’aide. Une nouvelle positive, jugent les parents dont un jeune est atteint d’un trouble de l’autisme.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

«Nous n’imposons pas d’heures ou de restrictions aux services offerts aux enfants», a déclaré le ministre sous une salve d’applaudissements de la part de parents lors d’une conférence de presse le jeudi 8 juin.

Le nouveau Programme ontarien des services en matière d’autisme, évalué à 533 millions de dollars sur une période de cinq ans, avait été annoncé l’an dernier, mais le gouvernement n’avait jamais indiqué les détails de ce dernier.


Lors de l’annonce, le ministre Coteau a été clair: «Le plus important est que vos enfants reçoivent les services dont ils ont besoin dans les bons délais.»

«Ça va prendre du temps avant que le Programme [ontarien des services en matière d’autisme] soit implanté à sa pleine capacité, mais je suis engagé à ce que ça soit fait de la bonne manière.»

Parmi les autres mesures, le gouvernement annonce la mise en place d’un guichet unique pour permettre aux familles d’accéder à des services dans chacune des neuf aires de service de la province.

Michael Coteau, ministre des Services à l'enfance et à la jeunesse
Michael Coteau, ministre des Services à l’enfance et à la jeunesse. Crédit image: Capture d’écran

En vertu du nouveau programme, les familles seront aussi appelées à participer plus «activement aux processus d’évaluation, d’établissement des objectifs et de planification des interventions pour leurs enfants.»

L’intensité et la durée des services seront également établies en fonction des besoins et des forces de l’enfant ou du jeune, quel que soit son âge.


Cette annonce fait suite à une autre sortie, un peu plus tôt cette année, indiquant la création d’une option de financement direct pour les familles. Cette option permet aux familles de choisir entre recevoir un service direct ou recevoir une aide financière pour payer le service pour leurs enfants.

«Je fais cette annonce pour que vous ayez confiance en ce programme», a insisté le ministre Coteau en s’adressant aux parents, tout en assurant que la transition vers le nouveau programme allait se faire le plus facilement possible.

L’an dernier, l’annonce de la modification du Programme ontarien des services en matière d’autisme avait soulevé la colère de plusieurs parents. Le gouvernement avait dû faire marche arrière pour certaines de ces mesures face à la grogne.

 

L’Opposition déplore la lenteur des procédures

Gila Martow, critique du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario en matière de services à la jeunesse, note que le gouvernement agit trop tard dans le dossier.

«Tristement, les libéraux n’ont pas une bonne feuille de route en matière d’autisme (…), ils ont traîné ce dossier pendant beaucoup trop longtemps», a-t-elle expliqué.

«Maintenant que nous sommes dans une année électorale, le gouvernement essaie de réparer les pots qu’ils ont cassés eux-mêmes», a déploré Mme Martow.

Gila Martow
Gila Martow, critique du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario en matière de services à la jeunesse. Crédit image: Maxime Delaquis

Même son de cloche du côté du Nouveau Parti démocratrique (NPD) de l’Ontario. La députée de Hamilton Mountain et critique du parti en la matière, Monique Taylor, a déploré que les familles aient dû se battre pendant de nombreuses années avant de voir des changements.

«Plus d’une fois, le gouvernement libéral a tenté de disqualifier les enfants de moins de cinq ans de recevoir des services essentiels en dépit des demandes des familles et des experts», a-t-elle déclaré.

La transition vers le nouveau programme débutera le 26 juin et sera entièrement en place d’ici le printemps 2018. En Ontario, on estime qu’environ 40 000 enfants et jeunes ont un trouble de spectre de l’autisme.

 

Une bonne nouvelle pour les enfants

La présidente de la Société franco-ontarienne de l’autisme (SFOA), Mercedes Rebolledo-Leduc, se réjouit de l’annonce faite ce jeudi.

«Je crois que c’est une victoire pour les enfants puisqu’ils vont possiblement recevoir les services dont ils ont besoin. Les enfants autistes ont énormément de potentiel et on doit les aider à réaliser leur potentiel», a-t-elle expliqué en entrevue à #ONfr.

Elle note que puisque les parents auront désormais accès à des fonds pour faire appel à des services, cela avantagera les familles.

«Je suis très enchantée puisqu’il existe très peu de services offerts entre les âges de 12 à 18 ans. C’est une zone grise en matière de services et si on enlève les restrictions, ça va beaucoup aider les familles» – Mercedes Rebolledo-Leduc

«Imaginez que les enfants de 12 ans ont tout de même besoin d’être accompagnés avant et après les heures de classe, mais il n’existe aucun service pour eux. (…) En ouvrant des fonds, les programmes pourront peut-être offrir les services pour répondre aux besoins des familles.»

Bruce McIntosh, président de la Coalition ontarienne de l’autisme (COA) et membre du comité consultatif du Programme ontarien des services en matière d’autisme, s’est aussi réjoui de cette annonce, indiquant qu’il s’agit d’un pas en avant important.

«Le nouveau Programme ontarien des services en matière d’autisme établit une nouvelle norme plus rigoureuse pour les services destinés aux enfants et aux jeunes atteints d’autisme» – Bruce McIntosh

M. McIntosh n’a pas hésité à parler de victoire pour les familles alors qu’il y a à peine quelques mois, les membres de l’organisation étaient réunis pour demander des changements en la matière.

La transition vers le nouveau programme débutera le 26 juin et sera entièrement en place d’ici le printemps 2018. En Ontario, on estime qu’environ 40 000 enfants et jeunes ont d’un trouble de spectre de l’autisme.

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72