#Canada

Andrew Scheer élu à la tête des Conservateurs

Andrew Scheer a été élu à la tête du Parti conservateur du Canada au terme de 13 tours de scrutin. Crédit image: Jean-François Morissette

TORONTO – Après des mois de bataille, Andrew Scheer est désormais le chef du Parti conservateur du Canada (PCC). Dans son discours de victoire, le nouveau chef a promis d’unir son parti et de poser une «vraie» opposition au premier ministre Justin Trudeau.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

«Aujourd’hui, le travail commence» a-t-il lancé le nouveau chef à la suite de treize tours de vote.

Andrew Scheer, qui a récolté au final 51 % de voix, a tendu la main à tous les Canadiens pour se joindre au mouvement conservateur. Selon lui, il s’agit du seul parti qui peut barrer la route au premier ministre du Canada, Justin Trudeau, en 2019.

«Les libéraux de Justin Trudeau sont très bons pour les opportunités photo, mais les chemins ensoleillés ne paient pas les factures» – Andrew Scheer.

Andrew Scheer a promis de s’attaquer aux dépenses «incontrôlables» du Parti libéral du Canada.

«Ce sont les politiques conservatrices qui créent de la prospérité et des opportunités pour tous les Canadiens», a également indiqué celui qui devient de facto le chef de l’Opposition officielle à Ottawa.

Dans son discours de remerciement, Andrew Scheer a également salué le travail de Rona Ambrose à titre de chef intérimaire et de l’ancien premier ministre et chef du PCC, Stephen Harper.

//platform.twitter.com/widgets.js
Andrew Scheer n’a toutefois pas caché qu’il y avait beaucoup de travail et a invité les conservateurs de toutes les allégeances à s’unir sous la bannière de son parti.

«Imaginer ce que nous pouvons faire si nous travaillons tous ensemble», a-t-il dit aux centaines de militants réunis à Toronto.

«Nous ne pouvons pas nous permettre quatre autres années de Justin Trudeau», a-t-il conclu.

 

Treize tours nécessaires

Il aura fallu finalement treize tours pour élire Andrew Scheer. Tout au long de la soirée, Maxime Bernier a été en tête, mais au final, le conservateur de la Saskatchewan a succédé à Rona Ambrose à la tête du PCC, avec 51 % des voix.

//platform.twitter.com/widgets.js
Pour cette course, le PCC a opté pour un mode de scrutin préférentiel, ce qui signifie que les militants étaient appelés a choisi parmi les candidats par ordre de préférence.

//platform.twitter.com/widgets.js
En tout, 33 800 points étaient en jeu, soit 100 par circonscription. Pour gagner, le chef devait obtenir plus de la moitié de ceux-ci.

Toutes les circonscriptions ont été déclarées égales, peu importe le nombre de membres à l’intérieur de celle-ci.

 

Une longue course

13 aspirants tentaient de remplacer l’ancien premier ministre du Canada, Stephen Harper à la tête de la formation politique.

Tout au long de la campagne, de nombreux sondages donnaient Maxime Bernier, Erin O’Toole et Andrew Scheer en tête de peloton, mais bien malin était celui qui pouvait prévoir le résultat de la course.

De nombreux débats avaient été organisés autant en français qu’en anglais tout au long de la campagne pour tenter de déterminer qui serait le prochain chef.

Tout au long de la course, les aspirants-chefs ont recruté de nouveaux membres à l’intérieur du parti. D’ailleurs, au début de la course, 109 000 Canadiens étaient affiliés avec le PCC. Désormais, la formation politique en compte 259 010.

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72