#Francophonie, #Ontario

Andrea Horwath ferme la porte à un débat en français

Crédit image: Maxime Delaquis

TORONTO – La chef du NPD de l’Ontario, Andrea Horwath, ne participera pas à un débat en français avec les deux autres chefs des principaux partis provinciaux, lors de l’élection provinciale de 2018.

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

Questionnée par #ONfr à ce sujet en marge d’une conférence de presse sur la réforme du monde du travail ontarien, Andrea Horwath n’a pas laissé l’ombre d’un doute sur ses intentions.

«Non, ce n’est pas mon intention», a-t-elle lancé.

Seule Mme Horwath n’avait pas donné de réponse claire sur son désir de participer ou pas à un tel exercice jusqu’à présent.

Le 7 juin dernier, à près d’un an du prochain scrutin, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) avait suggéré la tenue d’un débat en français entre les trois chefs de parti politique à Queen’s Park. Si un tel débat avait lieu, ce serait une première dans l’histoire de la politique ontarienne.

En conférence de presse le jeudi 10 août, Andrea Horwath a cependant indiqué que sa décision ne change en rien l’engagement de son parti envers les communautés francophones.

«Nous sommes clairs dans nos engagements et voulons que les francophones aient accès à des services en français. (…) Depuis que je suis la chef, nous avons toujours été clairs à ce sujet», a-t-elle précisé.

Selon elle, le plus important est d’être une alliée de la communauté francophone.

 

Une situation regrettable selon l’AFO

Le président de l’AFO, Carol Jolin, dit trouver la situation «regrettable». Cependant, M. Jolin ne croit pas que la réponse de Mme Horwath mette en péril le projet de son organisme.

«Je relance l’invitation à Mme Horwath et je trouverais dommage que la voix et la vision des néo-démocrates ne soient pas exprimée dans le cadre d’un débat des chefs. Les francophones veulent entendre les chefs parler en français des enjeux qui les touchent particulièrement» – Carol Jolin

Pour le moment, le président de l’AFO ferme la porte à un scénario alternatif où un député du parti de Mme Horwath prendrait la place de cette dernière. Selon lui, il reste encore plusieurs mois pour permettre à la chef du NPD d’améliorer son français.

Le président de l’AFO, Carol Jolin. Crédit image: #ONfr

Carol Jolin espère que la chef du NPD de l’Ontario reviendra sur sa décision.

 

Gilles Bisson à la défense de sa chef

Gilles Bisson, député du NPD de l’Ontario dans Timmins—Baie James, s’est porté à la défense de Mme Horwath.

«Notre chef est parfaitement prête à faire des débats, mais de le faire en français quand tu n’es pas complètement bilingue, ce n’est pas facile. Moi, en tant que francophone, je ne veux pas voir quelqu’un traduire. Ce n’est pas comme cela que l’on fait des débats» – Gilles Bisson

Le député du NPD, qui a déjà représenté son parti lors d’un exercice similaire, a cependant fermé la porte à l’idée qu’il prenne lui-même la place de Mme Horwath.

Le député du NPD de l’Ontario, Gilles Bisson. Crédit photo Jean-François Morissette

Tout comme Mme Horwath, il réitère que le NPD est engagé à soutenir la communauté francophone.

En entrevue à #ONfr le mois dernier, Patrick Brown, le chef du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario (Parti PC), avait confié être prêt à débattre en français avec Kathleen Wynne et Andrea Horwath.

Une réponse positive avait aussi été donnée par Kathleen Wynne au début de la période estivale.

En 2014, lors de la dernière élection provinciale, un débat francophone avait été co-organisé par Radio-Canada et TFO, mais aucun chef n’avait pris part à l’exercice. Ce sont les élus responsables de la francophonie dans chaque formation politique qui avait pris part à ce rendez-vous.

Jean-François Morissette
Jean-François Morissette
jmorissette@tfo.org @jfmorissette72