#Francophonie, #Ontario

3 millions pour 8 idées citoyennes: «Les francophones doivent en profiter»

TORONTO – L’Ontario est prête à financer, à hauteur de 3 millions de dollars, jusqu’à huit idées citoyennes. Une opportunité pour les francophones de faire des propositions qui pourraient changer le visage de la province, selon l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO).

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

«Ce qui est le plus important pour un politicien, ce n’est pas de parler, même si on parle beaucoup, mais d’écouter!», a affirmé Yvan Baker, adjoint parlementaire au ministre des Finances et à la ministre responsable du gouvernement numérique. Il a fait cette déclaration lors du lancement des consultations pré-budgétaires du gouvernement ontarien, le lundi 21 novembre.

Pour la première fois, l’Ontario s’engage financièrement à concrétiser huit idées du public dans le cadre de son processus budgétaire. Par l’entremise de la plateforme «Parlons budget», les organismes ou les citoyens peuvent proposer un projet pour «aider les étudiants à réaliser leur plein potentiel», «rendre les services gouvernementaux plus rapides et faciliter leur utilisation» ou «faciliter l’accès aux soins de santé», par exemple.

IMG_9847

La communauté franco-ontarienne a ici une belle occasion de se faire entendre, selon Carol Jolin, président de l’AFO.

«On accueille cette annonce avec intérêt! J’invite les groupes francophones à soumettre des propositions. Les francophones doivent en profiter pour se faire entendre. On sait que les francophones ont bien des idées et des demandes en matière de santé, d’éducation ou pour les petites entreprises», a-t-il confié.

Le Conseil de la première ministre pour de meilleures perspectives pour la jeunesse sélectionnera ensuite plusieurs des idées reçues et les soumettra à un vote du public. Les projets des organisations ou des entreprises doivent être soumis à titre individuel, a indiqué à #ONfr une porte-parole du ministère des Finances. Elle affirme que le processus se veut le plus «démocratique» possible.

«J’espère que les francophones vont être considérés et qu’il va y avoir une certaine équité», a affirmé M. Jolin. Il invite la population franco-ontarienne à utiliser cet outil pour faire connaître leurs besoins et proposer des idées pour améliorer les services en français dans différentes sphères.

Pour accéder à la plateforme et soumettre vos projets, appuyez ICI. 

 

Le gouvernement ouvert aux «idées radicales»

Le ministre des Finances, Charles Sousa, a invité l’ensemble des citoyens à partager leurs idées pour faire de l’Ontario une meilleure province. «On veut des idées qui sont en dehors des cycles électoraux et qui ont un impact à long terme», a-t-il dit.

Devant les médias, le gouvernement a été pressé de questions sur la possibilité qu’il aille à se positionner sur une série de projets farfelus ou à l’opposé de son plan de match. «Il y a quand même des critères à respecter. Et s’il y a certaines idées radicales, mais qui peuvent avoir un impact positif, alors ça peut aussi être très bien. Nous sommes ouverts aux idées nouvelles», a soutenu le ministre Sousa.

Il a aussi assuré que cette nouvelle idée n’était pas un exemple d’argent jeté par la fenêtre, affirmant que son gouvernement gérait avec efficacité les fonds publics et qu’il atteindra d’ailleurs l’équilibre budgétaire lors du prochain exercice financier.

 

Le NPD a des doutes

La critique néo-démocrate en matière de Finances, Catherine Fife, doute de la capacité du gouvernement Wynne à réellement prendre en compte les idées de la population.

FullSizeRender

«L’an dernier, il y a eu des consultations pré-budgétaires sur l’éducation, la santé et l’énergie. Mais avant même la fin des consultations, le gouvernement avait terminé l’écriture du budget et était à l’imprimer! Le gouvernement est en mode gestion de crise. La question n’est pas comment ils vont consulter les citoyens, mais plutôt s’ils vont les écouter!», a-t-elle affirmé à la suite de l’annonce des ministres Baker et Sousa. Le Nouveau Parti démocratique (NPD) s’inquiète également de la transparence du gouvernement tout au long du processus qui aura lieu.

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.