#Francophonie, #Ontario

150e de l’Ontario: mécontentement de francophones

La ministre du Tourisme, de la culture, et du Sport, Eleanor McMahon, et l’adjoint parlementaire à la ministre déléguée aux Affaires francophones, Peter Milczyn, lors du lancement des célébrations du 150e à Toronto. Crédit image: Étienne Fortin-Gauthier

TORONTO – Sur près de 600 subventions annoncées jusqu’à maintenant dans le cadre du 150e de l’Ontario, moins d’une trentaine sont dédiées à des organismes francophones. Une situation qui met en colère plusieurs acteurs franco-ontariens, notamment à la Société d’histoire de Toronto. 

ÉTIENNE FORTIN-GAUTHIER
efgauthier@tfo.org | @etiennefg

JEAN-FRANÇOIS MORISSETTE
jmorissette@tfo.org | @JFMorissette72

Interrogée à savoir pourquoi les subventions aux organismes francophones étaient relativement peu nombreuses, la ministre du Tourisme, de la Culture, et du Sport, Eleanor McMahon, affirmait la semaine dernière que tout dépendait des «demandes qu’on a reçues (…) Il fallait des demandes pour qu’on les finance».

Une déclaration qu’elle effectuait alors que les subventions pour 367 activités culturelles communautaires étaient annoncées. Depuis, 200 autres se sont ajoutées à l’intention des infrastructures communautaires. Et encore là, les projets d’organismes francophones sont quasi-inexistants.

Les propos de la ministre ont fait sursauter Daniele Caloz de la Société d’histoire de Toronto, un organisme francophone qui travaille à faire connaître l’histoire de l’Ontario et des Franco-Ontariens. «Ça m’indigne et ça m’attriste. Nous avons fait une demande de subvention, elle nous a été refusée. Notre proposition rentrait pourtant parfaitement dans le mandat du 150e», a-t-elle affirmé lors d’un entretien avec #ONfr.

Mme Caloz explique qu’une troupe d’élèves de France (de Champigny-sur-Marne) s’est inspirée de son documentaire sur Étienne Brûlé et d’une série de livres franco-ontariens sur l’explorateur pour développer une comédie musicale. «Étienne Brûlé est notre premier franco-ontarien. Nous voulions organiser une tournée d’écoles francophones et anglophones pour reconnecter les élèves d’ici avec ceux du pays de nos ancêtres. C’était un projet sur l’histoire et notre passé avec une perspective francophone», explique-t-elle.

Les fonds publics devaient être utilisés pour organiser cette tournée, mais pas pour les frais de voyages internationaux, insiste-t-elle. «Une vingtaine de projets francophones seulement ont eu des subventions, ça ne fait pas beaucoup. Si notre projet ne rentre pas dans le mandat du 150e, qu’est-ce qui peut bien rentrer dans le mandat du 150e?», se demande-t-elle. Mme Caloz dit que le projet n’est pas mort, mais qu’il faudra trouver d’autres moyens de le financer, peut-être pas le socio-financement, lance-t-elle.

 

Une situation déplorable

Soukaïna Boutiyeb, directrice générale du Réseau du patrimoine franco-ontarien (RPFO), déplore que les organismes francophones doivent se battre pour obtenir des subventions.

«C’est déplorable de voir toujours les francophones qui passent toujours en deuxième lieu», s’exclame-t-elle. «Oui, il y a toujours lieu d’améliorer les choses et de faire plus de place à la francophonie ontarienne en terme de financement.»

La directrice du RPFO indique toutefois ne pas connaître les détails spécifiques de la situation soulevée par Mme Caloz, mais que le projet qui était proposé semblait bien s’inscrire dans une optique d’éducation.

«Je ne sais pas dans son cas à elle (la Société d’histoire de Toronto), mais quand tu vois des beaux projets que la communauté veut donner et que tu vois des réponses négatives (…), c’est sûr que c’est triste», s’insurge la directrice générale du RPFO.

«Il faut donner la place à la francophonie ontarienne (…) et la francophonie canadienne de manière générale. Elle n’est pas assez reconnue financièrement et la preuve, c’est les différents organismes qui doivent se battre chaque jour pour arriver à trouver du financement pour un petit projet comme ça, alors que ça devrait être facile pour eux» – Soukaïna Boutiyeb

De manière plus générale, Soukaïna Boutiyeb se désole de voir que les organismes francophones doivent lutter constamment pour recevoir un financement de base.

«C’est quand même une situation déplorable où la plupart du financement de base ne couvre même pas un loyer ou un salaire. Entre temps, ils doivent aussi faire des projets et redonner à la communauté, donc en terme de financement, il faut que ça change», dénonce la directrice générale.

 

Le ministère avare de commentaires

Le ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport s’est fait avare de commentaires quant à la situation dénoncée par Daniele Caloz. Dans une déclaration écrite transmise à #ONfr, un porte-parole pour la ministre Eleanor McMahon assure que chaque projet qui avait appliqué pour le programme a été jugé selon des critères stricts. Sans dévoiler ces critères, on affirme que puisque le ministère a reçu un nombre de demandes de fonds, toutes les soumissions n’ont pu être approuvées.

«La décision de financer  ou pas un projet n’est pas le reflet de sa valeur créative, mais plutôt une preuve de la popularité de notre programme de subventions», a-t-on expliqué.

Le ministère n’a également pas été en mesure d’expliquer pourquoi peu de projets francophones ont trouvé du financement, comparativement aux nombres de projets anglophones.

Le porte-parole du ministère a simplement répondu que le caractère francophone de l’Ontario n’est pas nié et que de nombreux projets avec un volet francophone seront financés prochainement, tels que la Journée du cinéma canadien.

Étienne Fortin-Gauthier
Étienne Fortin-Gauthier
efgauthier@tfo.org @etiennefg

Étienne Fortin-Gauthier est journaliste depuis une dizaine d’années. Il a collaboré à plusieurs grands médias canadiens et européens, dont La Presse Canadienne, le quotidien La Presse, l’Agence France-Presse et le groupe de presse L’Avenir (Belgique). Il s’est initié aux dossiers de la francophonie canadienne lors d’un séjour au Réseau francophone d’Amérique, qui travaille de près avec les stations radiophoniques francophones en milieu minoritaire. Étienne est diplômé de l’École des affaires publiques et internationales de Glendon, à Toronto, et du programme bidisciplinaire en communication et science politique de l’Université de Montréal.